Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Géophysique, géographie > Météorologie et climatologie > Bilans météorologiques annuels > La météorologie de l’année 1894

La météorologie de l’année 1894

Revue scientifique N°3 -4e série Tome III -32e année - 19 janvier 1895

Mis en ligne par Denis Blaizot le samedi 4 juillet 2009

  Sommaire  

Les principaux éléments météorologiques de l’an­ née 1894 sont résumés dans le tableau ci-joint : nous allons en examiner les parties principales.

 Baromètre,

La moyenne barométrique des observations faites à une heure du soir au Parc Saint-Maur, dont l’altitude est 49,30m, atteint 757,91mm. Elle surpasse d’environ 3 millimètres la pression atmosphérique normale, qui est de 755 millimètres, suivant l’Annuaire de l’Observa­toire municipal de Montsouris [1], La moyenne mensuelle la plus faible, 754,74mm, a été observée au mois d’avril, et c’est la seule inférieure à la normale. La moyenne la plus élevée est celle du mois de février, 762,26mm, qui surpasse la normale 755 millimètres d’un peu plus de 7 millimètres. La hauteur barométrique minima, obser­vée à une heure du soir, a été notée le 12 novembre, et était de 740,40mm, La pression maxima, 772,36mm, a été enregistrée le 4 février.

 Thermomètre,

Nous prenons comme températures normales les Températures moyennes diurnes déduites de 60 années d’observations faites à Paris de 1806 à 1870, données par l’An­nuaire de l’Observatoire municipal de Montsouris (1888), diminuées de 1,2° : une première correction de 0.7°, pro­vient de ce que les observations actuelles sont faites au Parc Saint-Maur, dont la température moyenne est inférieure de 0,7° à celle de l’Observatoire de Paris où étaient faites les observations météorologiques de 1806 à 1870, suivant une note présentée à l’Académie des sciences de Paris par M. Renou, l’un de nos plus distingués météoro­logistes ; la seconde correction résulte de ce que l’on prend aujourd’hui, comme température moyenne d’un jour, la moyenne des températures observées pendant les 24 heures, inférieure de 0,5° environ à la demi­-somme des températures maxima et minima, observées de 1806 à 1870 à l’Observatoire de Paris.

La température moyenne de l’année 1894, 10,44°, est supérieure de 0° ,84 à la normale corrigée 9,6°. Le tableau récapitulatif suivant montre que la température continue il s’élever depuis 1886 :

JPEG - 266 ko

La température moyenne, inférieure à la normale, en 188, et en 1888, a été très peu au-dessous de cette nor­male en 1889, 1890 et 1891.

A partir de 1892, cette température s’est notablement élevée, et 1893 a été une année chaude.

Trois mois de l’année 1894 sont trop froids de 1° en­viron : mai (-1,12°), août (- 0,81°), septembre(- 0,92°) . Juin et octobre sont sensiblement dans la normale. Tous les autres sont trop chauds, notamment les mois de mars et avril, qui surpassent leurs normales respectives de 2,48° et 3,32°.

La température la plus basse de l’année a été observée au Parc Saint-Maur, le 5 janvier, et était - 13°8. Dans nos stations météorologiques françaises, on a noté ­ -28° au Pic du Midi (2859m d’altitude) le 4 janvier.

En Europe, on a enregistré - 34° à Arkangel le 3 janvier. C’est donc dans les premiers jours de l’année qu’on a eu les températures les plus glaciales.

La température la plus élevée a été observée au Parc Saint-Maur le 6 juillet, et était 32°4. Dans nos stations météorologiques françaises, on a noté 40° au cap Béarn, les 9,27,28 et 29 juillet. En Europe et en Algérie, on a enregistré 45° à Laghouat, le 26 août.

 Pluie.

La quantité d’eau recueillie dans le pluviomètre du Parc Saint-Maur (pluie ou neige fondue),pendant l’année 1894, est de 481,7mm en 172 jours, soit 482 litres d’eau par mètre carré.

Le tableau récapitulatif montre que la pluie totale annuelle varie assez peu : la moyenne étant de 523 millimètres, l’année 1894 est assez sèche, 1861 et 1892 ont été fort pluvieuses.

JPEG - 56.1 ko

Le mois le plus sec est celui de novembre, qui n’a eu que 17,3mm d’eau. Septembre a fourni la plus grande quan­tité d’eau, 90,8mm en 12 jours. C’est dans le mois d’aout qu’on a noté le plus grand nombre de jours de pluie : 20. Il a plu 18 jours en juin, 17 en décembre, 16 en janvier. Dans le mois de mars, le pluviomètre n’a reçu d’eau que pendant 9 jours.
Les principaux éléments météorologiques de l’an­ née 1894 sont résumés dans le tableau ci-joint : nous allons en examiner les parties principales.

L. BARRÉ.


[1D’après le tableau récapitulatif dressé plus loin, on voit que cette normale s’élève sensiblement à 158 millimètres pour les années 1881 à 1894 inclusivement