Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Recettes Utiles de La Science Illustrée et de La Nature > Travail du bois

Travail du bois

Mis en ligne par Denis Blaizot le vendredi 9 septembre 2011

 Couleur acajou

Parmi les bois du pays les plus plus propres à recevoir cette teinte, nous citerons le cerisier, l’orme et l’aune. Le moyen le plus connu pour préparer la couleur acajou est la décoction de copeaux d’acajou dans de l’eau pure, à laquelle on ajoute un peu d’alun. Cette opération n’est cependant pas très commode, car elle demande à être répétée plusieurs fois avant d’atteindre le résultat désiré.

Voici une nouvelle préparation plus commode, car une seule couche suffit : On cuit 1 g de bois de Campêche dans 10 litres d’eau jusqu’à ce que le liquide se soit évaporé de la moitié, puis on le passe à travers un linge de fil et on y fait dissoudre 25 mg de chlorure de baryum. Cette composition donne au bois une belle couleur foncée.

 Solution pour rendre le bois incombustible

Dissolvez dans de l’eau chaude 27 parties de sulfate de zinc, 11 parties de potasse, 22 parties d’alun et 11 parties d’oxyde de manganèse, puis ajouter 11 parties d’acide sulfurique. Trempez le bois pendant trois heures dans la solution chaude et faites sécher à l’air.

 Incrustations en métal sur bois

On découpe dans le bois le dessin que l’on veut faire à un millimètre de profondeur de manière que l’entaille soit un peu évasée vers la base. On remplit alors ces interstices obtenus ainsi avec un mélange composé de :

Zinc 3 parties
Plomb 1 ’’

puis on passe rapidement le soudoir fortement chauffé sur le métal pour le fondre et on termine l’opération en égalisant le tout avec le racloir. Les petits vides qui se produisent éventuellement sont remplis avec du mastic et on soumet le travail entier à un frottage à l’huile avec un morceau de drap.

 Manière de coller des ornements de métal dans le bois

Pour fixer les ornements solidement, on les trempe d’abord pendant une demi-minute dans une légère solution d’acide nitrique, ce qui les rend légèrement rugueux et donne plus de prise à la colle. La colle se prépare à la manière ordinaire, avec addition toutefois d’une cuillerée à café de glycérine et autant de chaux. Il faut remuer la colle activement pendant la cuisson, elle doit avoir la consistance du sirop et il faut l’employer à chaud ; les ornements doivent être appliqués à leur place vivement et fortement. On peut se servir du même procédé pour coller des ornements sur des surfaces planes où l’emploi de vis ne saurait être admis.

 Décoration de meubles

Un style nouveau d’ornementation des petits meubles, des panneaux, des portes, des boites, etc., est celui dans lequel le dessin ressort en blanc et en relief sur un fond, noir ou rouge poli comme une laque du Japon. Le procédé qui permet d’arriver à un pareil résultat est assez simple. On prépare d’abord un mélange de cire blanche et d’essence de térébenthine ayant la consistance du vernis copal. On ajoute à cela assez de blanc de céruse en poudre impalpable, pour lui donner du corps, puis, à l’aide d’un pinceau fin, on trace sur le bois blanc le dessin ou l’ornement voulu.

Quand ceci est bien sec, on couvre tout le panneau avec une peinture faite, si l’on veut un fond noir, avec un mélange de noir d’ivoire et de colle de peau, ou si l’on préfère un fond rouge, avec une dissolution de cire à cacheter rouge dans l’esprit-de-vin. On prend ensuite un pinceau court, en soie de porc, on le trempe dans l’alcool et on en frotte le panneau jusqu’à ce que le dessin redevienne visible, ressortant en lignes bien nettes sur le fond rouge ou noir. On passe ensuite une couche de vernis transparent et on ponce pour obtenir une surface parfaitement unie.

 Bois imprégné au chlorure de zinc

On emploie maintenant en Autriche, sous le nom de procédé Poster, une nouvelle méthode d’imprégner le bois avec du chlorure de zinc pour le conserver. Le bois est imprégné dans la forêt aussitôt après avoir été coupé ; la solution de chlorure de zinc, d’une densité de 1,01, est forcée, au moyen d’une pompe, par le gros bout du billot. A cet effet, un rond en fer de diamètre convenable et pourvu d’un bord tranchant est enfoui dans la tranche du bois et maintenu par des crampons. Ce travail préliminaire ne dure guère que trois à quatre minutes pour chaque billon. Après qu’une pression de 2 à 3 atmosphères a été maintenue pendant quelques minutes au collet du tronc, on commence à voir la sève sortir par l’autre bout, et peu à peu une solution faible de chlorure venant à sertir montre que l’opération est finie. Il faut environ 20 litres de solution par mètre cube de bois traité. Ce procédé est extrêmement rapide et commode, mais il ne paraît pas que la solution conservatrice soit aussi uniformément distribuée dans le bois que par d’autres méthodes.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?