Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Expositions universelles et internationales > Paris 1900 > La cuisine électrique à l’Exposition

La cuisine électrique à l’Exposition

Revue Scientfique, 4e série - Tome XIII : N°10 - 10 Mars 1900

Mis en ligne par Denis Blaizot le dimanche 8 mars 2009

En raison de sa situation dans le pavillon d’Espagne, le restaurant la Feria n’avait été autorisé à s’installer dans ce pavillon qu’à la condition expresse de ne pas faire usage de charbon, de gaz ou de pétrole, afin d’écarter tout danger d’incendie.

La difficulté a été tournée en recourant à l’électricité, et la cuisine de ce restaurant est assurée par

I° Un grand fourneau de 2m,10 sur 1m,10 muni de huit foyers ;

2° Deux grands grilloirs avec chauffage par la partie supérieure ;

3° Deux fours, l’un à chauffage inférieur, l’autre à chauffage supérieur ;

4° Un réservoir à eau chaude de 30 litres et un lige. mier de même capacité ;

5° Enfin un petit l’ourneau à deux bouches pour le ser. vice du café, chocolat, etc.

L’Industrie électrique (25 juin 1900) donne les détails suivants sur l’organisation électrique. Le courant maximum utilisé est de 350 ampères sous 110 volts, et l’énergie totale dépensée est en moyenne de 350 kilowatts. heure par jour dont 70 kilowatts-heure pour le service du café, chocolat, thé, grog, etc., de sorte que la consommation ressort à environ 450 kilowatts-heure parce pas payant, ce qui, au taux de 0 fr. 50 le kilowatt-heure, représente une dépense de 0 fr. 25.

Les fourneaux électriques sont constitués par des résistances Parvillée obtenues en introduisant dans une poudre métallique quelconque des corps spéciaux non conducteurs de l’électricité. Par suite de la pression considérable et de la haute température auxquelles sont soumises ces résistances pendant leur fabrication, elles acquièrent une grande solidité et sont d’un maniement facile ; elles peuvent dégager 14000 calories par heure et par kilo de matière.