Physique, Chimie

Traduit intégralement en français pour la première fois, et commenté par M. Albert Poisson. Ce petit traité.de pyrotechnie est le plus ancien que l’on connaisse ; c’est Hœffer qui en a le premier publié le texte latin d’après deux manuscrits de la Bibliothèque nationale, l’un du XIVe, l’autre du XVe (...)

La force vive, la chaleur, la lumière et l’électricité dont nous disposons à la surface de la terre ne sont que des formes diverses de l’énergie et nous viennent, en très grande partie, du soleil. Je me propose de développer aujourd’hui ces deux points, en prenant comme unités de force, de longueur et (...)

Conférence faite à la Séance publique annuelle de la Société de Secours des Amis des Sciences, le 14 juin 1900, dans l’Amphithéâtre Richelieu, à la Sorbonne. Les recherches sur les substances radioactives ont pour point de départ la découverte des rayons uraniques faite par M. Becquerel en 1896. (...)

Leçon d'ouverture du cours de chimie minérale de la Faculté des sciences de Paris. Lorsque des corps mis en contact donnent lieu à ce qu’on appelle une réaction, certains d’entre eux disparaissent en même temps qu’il s’en forme d’autres dont les propriétés peuvent être fort différentes ; on regarde comme (...)

Ne perdez pas de vue que cet article qui vous éclairera, c’est certain, sur la notion de force, date de 1872. Un certain nombre de termes et de notions ont été éclaircis. C’est le cas en particulier de la différenciation entre Force, Pression et Travail. De la même façon les unités de mesure ont (...)

Vers le milieu de cette année, je suis parvenu à isoler un nouveau métal appartenant au groupe du platine. Je l’ai nommé davyum, en l’honneur de sir Humphry Davy, l’éminent chimiste anglais. Le sable platinifère d’où il a été extrait [1] a été traité, pour la séparation des métaux, par la méthode (...)

Leçon d’ouverture du cours de Chimie minérale à la faculté des Sciences de Paris, le 9 novembre 1904. L’atmosphère renferme une grande quantité de poussières qui y demeurent en suspension pendant un temps plus ou moins long ; il y en a partout, dans les villes et dans les campagnes, et si on ne les (...)

Les lecteurs de La Nature savent que ce n’est point un journal de réclames financières, mais cela ne nous dispense point de les rassurer sur les entrainements de ce titre. Ce n’est point une amorce à un appel de fonds. Il s’agit de monter en wagon à midi, de donner le signal et sans consommer ni (...)

[!sommaire]Lorsque Claude Bernard fut enlevé à la science, son génie était dans toute sa force et son esprit d’invention n’avait souffert aucune diminution. Havait entrepris depuis quelques mois une nouvelle série de recherches sur la fermentation alcoolique et il annonçait à ses amis et à ses élèves (...)

Depuis plusieurs années, les confiseurs et les liquoristes emploient dans la confection de leurs produits, sous la dénomination commerciale de parfums artificiels, des éthers chimiquement constitués par le valérianate amylique, le butyrate amylique, le butyrate éthylique, l’éther propylique, l’alcool (...)

Série d’articles signés principalement de Gaston Tissandier vous permettant d’expérimenter les grandes lois de la physique sans aucun matériel de laboratoire. Un bon moyen de (se) convaincre de la véracité de ces principes.