Éclairage

La lampe à huile remonte à une époque immémoriale. Dans les stations lacustres, on a trouvé des récipients en poterie, que l’on suppose avoir servi de lampe aux hommes de ces âges lointains. La lampe resta pendant des siècles dans un état de simplicité extrême. On se contentait de tremper dans (...)

Les veilleuses ou lampes de nuit se sont d’abord composées d’un vase quelconque rempli d’huile dans laquelle plongeait une mèche. Elles ne différaient pas, en somme, de la lampe antique. Venise a produit de belles veilleuses en cuivre ciselé ; le musée du Louvre en possède une très remarquable. (...)

Personne n’a regretté l’éclairage à la chandelle, avec son cortège de menus désagréments. Mèches charbonneuses, taches de suifs et parfums malodorants. Et cependant la chandelle fut un grand progrès, sur les flambeaux de résine ou d’autres matières dont on usa longtemps. La cire était réservée pour les (...)

Comment s’éclairaient nos ancêtres ? L’histoire nous répond qu’ils adoptèrent d’abord l’usage des lampes à pied ou suspendues à l’imitation des Romains et dans lesquelles ils brûlaient, dans le nord, de l’huile de navette ; dans le midi, de l’huile de noix. Mais l’usage de la cire et surtout du suif était (...)

La lampe à huile a consisté, jusqu’à l’époque de Louis XVI, en un vase contenant le liquide combustible et en une ou plusieurs mèches dans lesquelles l’huile montait par capillarité. Sa lumière était fumante, rougeâtre, répandant une odeur suffocante, aussi lui préférait-on beaucoup l’usage de la bougie ou (...)