Armement du Moyen Age et de la renaissance

Le heaume fut l’armure de tête du XIIIe siècle, le bassinet, celle du siècle suivant. Au XVe siècle, on porta surtout le bicoquet, forme de transition qui conduit à l’armet, la plus parfaite et la plus légère des défenses de tête. Le bicoquet est un bassinet auquel on a ajouté des jouées, une (...)

Le sabre est une arme de main à lame plus ou moins courbée, munie d’un seul tranchant du côté convexe. Ce n’est, en somme, qu’un grand couteau, comme l’épée, avec ses deux tranchants, n’est qu’un grand poignard. Le mot sabre n’apparaît guère dans notre langue que vers le milieu du XVIIe siècle, mais l’arme (...)

Le poignard ne diffère du couteau à armer que par un seul caractère qui est d’avoir deux tranchants. Parmi les armes de main à lame courte, le poignard est, sans doute, après le couteau, la première en date. Un long silex fixé à un manche de bois ou simplement tenu à la main par une partie épaisse et (...)

L’épée, arme d’estoc par excellence, se trouve, sous différentes formes et dimensions, chez tous les peuples et dans tous les temps. Les Assyriens, d’après les bas-reliefs découverts à Ninive, portaient une épée courte, large, aiguë et à deux tranchants. Sa poignée était un simple manche, sans garde ni (...)

L’arc est l’arme de trait la plus ancienne et la plus universelle. Déjà connue à l’âge de pierre ; elle est employée encore chez les peuples sauvages. En Grèce et à Rome, rare était surtout une arme de chasse ; au contraire, chez les peuples orientaux c’était l’arme de guerre par excellence. L’arc (...)

Les armures constituent l’ensemble des armes défensives qui couvrent et garantissent les diverses parties du corps, comme le casque, la cuirasse, le bouclier. Tous les peuples guerriers de l’antiquité ont fait usage des armures ; mais aucun d’eux n’a connu l’armure complète ou armure de pied en cap, (...)

Le casque est, comme on le sait, une arme défensive destinée à protéger le crâne. Les casques antiques et ceux de nos cavaliers modernes répondent bien à cette définition ; les casques fabriqués pendant tout le moyen-âge et jusqu’à la fin du XVIe siècle, enfermaient complètement la tête, comme une coquille (...)

La poire d’angoisse et le bâillon jouent, dans notre moderne roman-feuilleton, un rôle de première importance. Ils permettent à l’auteur de rendre muet momentanément son héros, qui assiste impuissant aux scènes les plus épouvantables. Cela vaut mieux que de le tuer, d’autant qu’on peut en avoir besoin (...)

Le nom de dague, - de l’italien, daga - est celui d’une arme, de main, à lame ordinairement étroite et aiguë. La dague ne diffère pas sensiblement du poignard moderne ; elle est cependant un peu longue ; et les armuriers réservent de préférence ce nom aux armes de types orientaux et autres qui ne (...)

Le caparaçon est, proprement, une housse d’ornement dont on revêt les chevaux montés ou attelés dans les cérémonies, mais on applique aussi ce nom à l’ensemble de housses et de bardes d’acier destinées à protéger les chevaux de guerre. Il y a donc lieu de distinguer les caparaçons d’ornement et les (...)