Automobile

[!sommaire] Hé oui ! déjà en 1933 l’idée de remplacer une partie de l’essence par de l’alcool était très sérieusement envisagée. L’accroissement énorme de la consommation d’essence de pétrole, conséquence du développement des moteurs à explosion, a amené de nombreux techniciens à chercher soit des carburants (...)

Fig. 1 - Coupe axiale et coupe transversale de la chambre d’explosion du moteur Aspin. Les efforts des constructeurs pour améliorer le rendement des moteurs à explosion ont porté sur deux points principaux : la forme et la dimension des cylindres et des pistons d’une part (super-culasses, pistons (...)

[!sommaire] Le camion Laporte Vue arrière montrant les deux moteurs Le concours de véhicules électriques à accumulateurs, qui a eu lieu dernièrement, a suscité un grand intérêt. Le programme prévoyait de 40 à 80 km par jour et l’excursion dans Paris comprenait la montée de Montmartre par les rues (...)

LES DÉCOUVERTES SCIENTIFIQUES ONT FRÉQUEMMENT INSPIRÉ LES FABRICANTS DE JOUETS. CETTE FOIS, CE FUT UN JOUET, LA « TROTTINETTE » DE NOS ENFANTS, QUI SUGGÉRA AUX CONSTRUCTEURS UN NOUVEAU VÉHICULE AUTOMOBILE : « LE MOTOPÈDE ». UN NOUVEAU véhicule, automobile, le Motopède, vient de faire son apparition en (...)

L’automobile en 1902. 3e partie : Les voitures à vapeur A près avoir décrit successivement les voitures à moteur explosif (à pétrole. ou à alcool), puis les voitures à vapeur [

L’automobile en 1902. 2e partie : Les voitures à moteur explosif (suite) Les véhicules à vapeur, avons-nous dit au début de cette étude [1] ne se sont pas beaucoup développés chez nous depuis le commencement de l’année 1899, époque à laquelle remonte notre premier article sur le sujet. Nous n’en (...)

L’automobile en 1902. 1e partie : Les éléments des voitures à moteur explosif Dans un premier article, nous avons décrit les éléments des voitures à moteur explosif ; nous étudierons maintenant ces voitures en elles-mêmes. L’exposition de décembre 1901 a marqué la fin du tricycle, le déclin de la (...)

Nous avons, par trois articles parus en 1899 [1], décrit l’état de l’automobilisme à cette époque, et montré le prodigieux essor pris par cette industrie, qui ne datait alors que de cinq ans à peine. Elle compte maintenant trois années de plus, et l’on peut bien penser que, partie comme nous l’avons vu, (...)

La transmission par cardan a ce grand avantage qu’elle laisse à l’arbre principal la faculté de se déplacer par rapport au mécanisme fixe de la boite de vitesses. L’arbre principal, dans une voiture automobile, sort de la boîte de vitesses et va actionner, au moyen de pignons coniques ou d’une vis sans fin, un arbre qui lui est perpendiculaire. Ce dernier communique le mouvement aux roues motrices arrière de la voiture.

Ce mécanisme assez compliqué permet aux roues arrière de tourner à des vitesses différentes et d’effectuer ainsi les virages sans nuire à la stabilité de la voiture.

Une voiture volante façon 1921 - Le Matin, 22 janvier 1921

Documents à télécharger