Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Physique, Chimie > électricité > La constitution de l’étincelle électrique

La constitution de l’étincelle électrique

la Revue Scientifique — 27 janvier 1900

Mis en ligne par Denis Blaizot le mardi 20 octobre 2009

M. Hemsalech donne, dans le Journal de Physique, un compte-rendu détaillé de l’action de l’étincelle formée parla bouteille de Leyde, avec et sans self-induction dans le circuit secondaire, sur les métaux : bismuth, cuivre, cadmium, zinc, plomb, fer, cobalt, argent, mercure, et aussi sur les gaz hydrogène et oxygène.

Dans chaque cas, la self-induction a pour effet d’abaisser la température de l’étincelle, le spectre résultant étant intermédiaire entre celui de l’arc et celui de l’étincelle condensée ordinaire ; les lignes de l’air disparaissent entièrement et les longues lignes des. métaux persistent seules. Avec une très longue exposition (15 fois le temps normal) le spectre de l’azote devient faiblement perceptible dans le spectre de l’étincelle de self-induction, Dans le cas de métaux contenant des impuretés, le spectre des impuretés apparaît bien dans le spectre modifié de l’étincelle.

Des photographies des spectres métalliques, jointes à la note, montrent clairement le contraste entre les deux types d’étincelles. L’appareil employé consiste en une bobine donnant des étincelles de 250 millimètres, trois. bouteilles de Leyde de chacune 1 200 centimètres carrés de surface avec self-induction variant de 0,00012 à 0,0038 henrys dans le circuit secondaire. Les spectres photographiés s’étendent de \lambda 5900 à \lambda 3400.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?