| Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+

Accueil > Articles scientifiques > Sciences de la vie > Botanique — Agronomie > Agronomie > La culture de l’avocatier comme plante d’ornement

La culture de l’avocatier comme plante d’ornement

mardi 17 février 2009, par gloubik

Avocatier cultivé en pleine terre dans le Cotentin

Cet article a été rédigé à partir de mes lectures (L’avocatier en milieu tropical (agridoc synthèse technique n°100) et Un arbre qui produit du beurre, Victor Forbin, Sciences et voyages N°232 - 7 février 1924) et mon expérience personnelle. Que cet article vous soit utile pour réussir vos plantations d’avocatier.

 L’arbre

L’avocatier (Persea americana) est une espèce d’arbre fruitier de la famille des Lauracées, originaire d’Amérique centrale, largement cultivé pour ses fruits, les avocats, riches en lipides, consommés comme légumes. Consommé depuis longtemps dans les régions de l’Amérique centrale, l’avocat y était perçu comme le plat du pauvre. Mais, durant les années 20, le ministère de l’agriculture des États-Unis a organisé une mission qui parcourut le globe à la recherche des arbres et des fruits nouveaux. L’avocat a fait partie de ses trouvailles.

Sa région d’origine laisse deviner les contraintes de culture que nous pouvons subir dans les régions à climat tempéré comme la France.

Si vous voulez produire des fruits, sachez que l’avocatier peut être cultivé du niveau de la mer à 2000m d’altitude en milieu tropical. La température optimale est située à 25°C sans descendre au-dessous d’une température moyenne de 15°C pour les mois les plus froids. Il n’est donc pas impossible d’obtenir des avocats en France Métropolitaine mais les zone propices sont peu nombreuses.

L’avocatier a besoin de beaucoup d’eau (1200mm à 1600mm d’eau par an répartis sur toute l’année) avec une hygrométrie de 70 à 80 %.

L’ensoleillement a aussi une grande importance : plus de 2000h/an.

Mais les conditions climatiques ne sont pas les seules contraintes. Un mien cousin, habitant en Guyane, m’a dit avoir eu pendant de nombreuses années un avocatier dans son jardin qui n’a jamais produit alors que son voisin avait un arbre du même âge qui croulait sous les fruits.

 Les conditions de culture

L’avocatier préfère les sols légers et/ou bien drainés et éventuellement légèrement acides ; beaucoup d’eau mais pas stagnante ; du soleil en abondance mais pas brûlant.

De mon expérience personnelle, il ressort que l’avocatier ne supporte pas les atmosphères chaudes et sèches et préfère de loin une ambiance humide et fraîche. S’il est soumis à la sécheresse, ses feuilles vont brunir, sécher puis tomber. Il reprendra sa croissance dès le retour de conditions favorables, mais en se dénudant du pied. Il semble également qu’il soit sensible à l’acidité du sol [1]. Dans ce cas les feuilles vont brunir et sécher. Il reprendra, là encore, une croissance normale dès que la terre aura retrouver un Ph plus neutre. Par contre un excès d’eau se traduit par des feuilles molles et tombantes dont la plante ne se remettra probablement pas s’il est prolongé.

Pour la culture sous nos climats, il est important de savoir que les avocatiers qui donnent les fruits les plus fréquents sur les étales des primeurs sont issus de variétés qui peuvent résister au gel jusqu’à -7 ou -8 °C pendant de courte période s’ils sont abrités du vent.

Attention : Les espèces dites antillaises ou tropicales reconnaissables par la taille de leur fruit ne supportent pas des températures inférieures à +5°C.

 Sa multiplication

Il est possible dans de bonne conditions d’obtenir un avocatier par bouturage. Je n’ai personnellement jamais testé cette méthode lui préférant la méthode beaucoup plus simple du semis.

Semis : Deux écoles se concurrencent.

1) Le cul dans l’eau :
Noyau d'avocat mis à germer dans l'eau
Après avoir ouvert le fruit en deux dégagez le noyau. Certains préconisent de le peler pour enlever la petite peau qui y adhère (Attention à ne pas endommager le noyau). Le piquer de trois allumettes au tiers de sa hauteur et le placer au-dessus d’un verre d’eau en s’assurant qu’il y baigne en permanence. Choisissez un récipient profond afin que la racine puisse s’y développer à son aise. Transplantez en terre quand des radicelles sont apparues.
2) Dans la terre :
Noyau d'avocat mis à germer dans la terre
Après avoir ouvert le fruit en deux dégagez le noyau. Le placer dans un mélange de terreau et de sable. Ne pas l’enterrer complètement mais seulement au tiers.
Armez-vous de patience : La germination peut prendre plusieurs semaines voire ne jamais se produire. (Taux d’échec constaté : 10%). Personnellement, je les mets dans la terre à l’automne. Ils passent tout l’hiver dehors et j’ai le plaisir de les voir germer au printemps.
Quelque soit la méthode utilisée, vous devez placer le noyau pointe en haut. S’il est presque rond, vous reconnaîtrez ce sens par la présence un léger creux à l’autre extrémité. Vous pouvez trouver avantage à retirer la petite pellicule qui enveloppe la graine, mais attention à ne pas entamer celle-ci.

 Sa croissance

C’est un arbre à croissance relativement lente. Il atteint plus de dix mètres à l’âge adulte et ne donnera pas de fruit avant 8 ou 9 ans. Ses fleurs sont sans intérêt. Il perd ses feuilles tous les ans en quasi intégralité mais après avoir fait les nouvelles feuilles. Les nouvelles feuilles sont d’abord rougeâtres avant de prendre leur couleur définitive : Vert tendre.

Avocatier cultivé en pleine terre
Avocatier en pleine terre de 1 anOctobre 2006 (un an) Avocatier en pleine terre de 1,5 ansMars 2007 (Un an et demi)
Avocatier en pleine terre de 2 ansAoût 2007 (deux ans) Avocatier en pleine terre de 2,5 ansMars 2008 (deux an et demi)
Mars 2013 Le petit bonhomme continue sa croissance gentiment. Il va peut-être me falloir l’élaguer avant que les voisins ne s’en plaignent

Sa culture comme plante d’ornement
L’avocatier, comme les citrus et nombre de palmiers est une plante qui sera plus belle si elle est exploitée comme plante d’orangerie. C’est à dire remisée dans une serre froide durant la mauvaise saison et placée en terrasse pendant les beaux jours. Il faut éviter de le placer à un endroit exposé aux vents froids et s’assurer qu’il bénéficie d’un bon drainage s’il est soumis à des pluies intenses. Certaines variétés nécessiteront le pincement des bourgeons terminaux si vous ne voulez pas avoir une longue tige sans feuilles.

N.B. :

  • L’avocatier ne supporte pas le chauffage par le sol. Le chauffage de mon bureau a eu raison de mon avocatier tropical avant que je ne comprenne l’origine du problème.
  • J’ai cessé de jeter les noyaux d’avocat au composteur. Ils y germent trop facilement.
  • L’avocatier supporte très bien la neige. Les miens ont passé près d’une semaine sous 40cm de neige sans encombre.

Avocatier cultivé en pleine terre dans le Cotentin
semis de l'année. La différence de vitesse de croissance est flagrante
Avocatier antillais

Portfolio

  • Fleurs d'avocatier
  • Le plus vieux de mes avocatiers. Bientôt 15 ans.
  • Tentative de bonsaï

[1Il n’appréciera pas le café liquide ou le marc de café

Messages

  • j’ai planté 1noyau d’avocat acheté dans le commerce(vert- lisse) en pleine terre dans mon jardin à montpellier il y a 12 ans suivant la méthode éprouvée par 1 vieux catalan : on gratte la terre pour faire 1 trou, on recouvre et on part en courant(en catalogne ça marche mais aussi à montpellier). mon jardin est orienté Est.il fait aujourd’hui 10m de haut et me donne 1 bonne quinzaine de kg de fruits par an(à partir de sa 6e année sans soin particulier.il a poussé tt seul avec 2 ou 3 autres que j’ai donné et 1 petite fuite d’eau constante durant les 2 1res années a du lui profiter.il ne perd pas ses feuilles de tte l’année sauf cette année où il a souffert du froid mais il n’est pas mort mais je voudrais le tailler et je ne sais pas comment faire : les branches sont grosses(5) et peu ramifiées( si je coupe les grosses branches j’ai peur qu’il ne s’en remette pas et il va faire pitié).il n’est pas protégé spécialement(sauf sur 1 coté par la maison) et supporte bien le mistral.la terre est argileuse.la floraison se fait en juin-juillet(bouquet de petites fleurs couleur crème), les fruits grossissent rapidement et se confondent dans le feuillage dans 1 premier temps. récolte en grappe à partir de octobre novembre décembre.les fruits sont gros(surtout coté sud) et restent durs(mm qd ils tombent tt seuls)pdt 1 semaine avant de les manger. la chair est fondante,grasse et fine couleur beurre, ils ont gout de noisette et se conservent bien 15 jours.

    • Mon avocatier a subit un premier coup de froid durant l’hiver 2008-2009. Voyant les extrémités des branches noircies, je les ai cru mortes. J’ai donc taillé pour découvrir quelques semaines plus tard que même les extrémités noircies par le gel n’étaient pas toutes mortes. Suite à cette taille, je n’ai pas vu apparaitre de nouvelles branches plus près du tronc. Il n’a donc pas gagné en densité de feuillage.

      Je vous conseille donc d’attendre que les bourgeons terminaux soient éclos pour tailler ce qui doit l’être. Par ailleurs, vous n’obtiendrez peut-être pas le même résultat : différence de variété probable et différence de lieu de culture certaine.

  • Bonjour,

    Mon avocatier est âgé de quelques mois. Je l’ai rempoté hier 23 septembre.

    Avant cette opération, j’ai constaté qu’il y avait des petits trous sur une feuille et sur une autre un large trou (1 cm environ) J’ai examiné ma plante, et je ne vois rien : pas d’insectes ni larves

    Pouvez-vous me dire si ce phénomène est normal ? Je fais remarquer que la terre est constamment humide : il y a toujours de l’eau dans le fond de mon pot.

    Je vous remercie vivement de vos conseils.

    Bonne journée et à bientôt.

    Anne-Marie

    Voir en ligne : http://a

  • mon avocat est dans un pot, c’est une tige de 20 cm , il fait des feuilles, cela ressemble plus a une plante d’ornement.
    J’aimerais qu’il devienne un arbre, comment je dois faire ?

    • Attendre. ;)

      C’est un arbre à croissance rapide. Les miens ont très vite atteint 2 m. (Voir les photos ci-dessus)

      Il doit avoir un pot assez grand ou, mieux, être planté en pleine terre. Dans ce cas, il faut être prudent côté climat. Il ne supportera que des gelées légères et de courtes durées. Mon plus vieux ne dépasse pas 2,5 m de hauteur depuis qu’il a été soumis à un vent très froid et violent d’hiver.

  • Mon avocatier devient trop haut pour être mis à l’abri durant l’hiver. Est-il possible de le raccourcir ?

  • J ai planté un noyau d avocat selon la méthode préconisée plus haut et j ai maintenant une très jolie plante d prnement(pour l instant) placée dans un pot en terre cuite, avec de la terre a vigne très drainante devant une fenêtre orientée plein sud à env 800m d altitude. Elle grandit à vue d œil. Je l arrose tous les jours un peu, mais l eau ne stagne pas ce qui semble lui convenir à merveille . L été prochain, je la placerai à l extérieur contre un mur au sud, un endroit que les citronniers et jasmins apprécient tout particulièrement .

  • j’ai réussi à faire éclore un noyau d’avocat pour le moment il a 5 feuilles dois-je déjà le pincer pour que la tige grossisse un peu et qu’il parte plus de la base et puis-je le garder en appartement qui très ensoleillé et d’une bonne température naturelle (nouvelle construction) même maintenant sans chauffage j’ai 19°, je serais contente de le garder sinon je le donnerais à mon fils mais il habite les ardennes belges pourrait-il le cultiver en pot et le rentrer quand il fera froid, çela fait beaucoup de questions mais il y a longtemps que je voulais faire pousser un noyau d’avocat, votre site est super. Merci pour tout, Mme Recht.

    • Bonjour,

      Je pense qu’il est encore un tôt pour le pincer, mais il s’en remettra. L’avocatier peut facilement être cultivé en pot en intérieur toute l’année si le taux d’humidité de l’air est suffisant (si ce n’est pas le cas, des taches brunes et sèches vont apparaitre sur les feuilles). Vous pouvez aussi envisager de le laisser dehors à la belle saison et le rentrer quand les températures deviennent négatives (ou s’il est exposé à un vent froid). Il aime les sols drainants. Il vaut donc mieux un arrosage fréquent dans un substrat qui ne garde pas l’eau que de placer le pot dans une soucoupe toujours pleine. (s’il a trop d’eau les feuilles deviennent molles et pendantes.

      Cordialement.

  • J AI FAIT POUSSER un avocat depuis 3 mois mais il afait une tres grande tige et des feuiffes en bout de tige que faire pour que les feuilles poussent au pied merci

    • Bonjour,

      Il est tout à fait normal qu’il ai fait une longue tige avant que n’apparaissent les feuilles.
      Si vous pincez le bourgeon terminal, il va se ramifier à partir des feuilles déjà existantes. Vous garderez donc la tige nue au-dessous.
      Si vous le coupez plus franchement, vous courez le risque qu’il ne redémarre pas, mais si cela se produit, vous obtiendrez le résultat escompté.

      Dans tous les cas, gardez à l’esprit que l’avocatier est normalement un grand arbre à grandes feuilles. Il est donc très difficile d’en faire une plante d’ornement en pot dont le port vous convienne.

      À noter également que, selon les variétés, il se ramifiera plus ou moins ; l’avocatier dit tropical étant plus touffu.

  • Bonjour ,
    Merci pour ces petits renseignements glanés au fil de la lecture sur la plantation de ce noyau ....
    Je vous pose cette question : peut on brumiser les feuilles , quand il est en pot , comme on le fait pour certaines plantes vertes en intérieur .........
    Ai mi 2 noyaux à germer , qui ont donné chacun 2 tiges , dans un même pot et , évidemment , les plants paraissent plus fournis ..........

    Merci de me répondre , mais , comme certains mettent en pleine terre ??????????

    D. B.

    • Bonjour,

      Il est même conseillé de les brumiser (on utilise habituellement le terme de bassiner) si l’atmosphère dans laquelle ils se trouvent est sèche. S’ils sont en extérieur, ils n’ont normalement pas besoin de l’être s’il sont suffisamment arrosés.

      L’avocatier, étant une plante d’origine tropicale, elle ne supporte que très peu le gel. Il ne faut donc envisager de la mettre en pleine terre que dans des régions où il ne gèle que très rarement (les températures doivent rester au-dessus de -7°C et ne descendre au-dessous de zéro que très rarement. Il est également impératif de lui éviter une exposition aux vents froids.

  • Bonjour, j’ai planté un noyau dit « tropical » l’année dernière. Il est bien évidement à l.interieur car je vis en Savoie, au beau jour il sera sur mon balcon plein sud. Je l’ai planté tout de suite dans un grand pot et à donc poussé vite et me semble t il beaucoup. Je vien de le rempoter dans un gros gros pot mais ce pot n’a pas d’évacuation au fond j’ai donc mis beaucoup de billes d’argiles au fond, environ 5 a 7 cm de profondeur avant de mettre la terre de façon à ce que l’excès d’eau ne détrempe pas la terre mais seulement voilà, en moins de 48h la terre se met à blanchir en surface( moisissure) donc à t il trop d’eau ou se système ne convien simplement pas a cette plante ? Merci beaucoup d’avance
    VA

    • Bonjour,

      Comme indiqué dans l’article, l’avocatier a besoin de beaucoup d’eau, mais d’un sol drainant. Je me permets donc d’en déduire que, sur le principe, votre installation peut sans doute lui convenir. Par contre, l’eau présente sous la terre maintient celle-ci humide et peut aboutir au traces blanches que vous voyez en surface. Je pense donc qu’il y a un risque, qu’à plus ou moins long terme, ce système soit dommageable pour la plante. Comme vous l’avez deviné, ces traces signifient simplement que vous l’avez trop arrosé. Ce système convient beaucoup, à mon sens, à des plantes vivant en milieu très humide, telles les cyperus.

  • Bonjour,
    J’ai mis en pot (avec du terreau + cailloux dans le fond) un noyau avec des racines.
    Il est dans une pièce à 18 à 19 °, la terre est toujours humide.
    Mais au bout d’un mois, je n’ai toujours pas de tige qui sort du noyau.

    Est-ce normal ? Que dois-je faire ?

    Merci et bonne journée
    Elise

  • Bonjour,
    Pourriez vous me dire si un avocatier a des chances de grandir sous serre et de produire des fruits ?
    Taillé bien évidemment. Système de puits canadien permettant à la serre de ne jamais être sous les 3°.
    But : produire pour ma consommation personnelle des avocats mexicains de petite taille, mais savoureux.
    Merci !

    • Bonjour,

      Voilà une bien bonne question. J’avoue ne pas en avoir l’expérience, ni avoir trouver de documentations allant dans ce sens. Mais il est tellement ancré dans l’esprit des gens que cette plante est tropicale et ne peut donc pousser correctement et fructifier dans les régions subtropicales que la chose n’a peut-être pas était tentée à grande échelle.

      Tout ce que je peux affirmer, c’est que les avocatiers fructifient naturellement sur la côte d’azur (en particulier en Nice et Monte-Carlo) et, au minimum, fleurissent en Bretagne sud (golfe du Morbihan). Dans un cas comme dans l’autre il arrive que les températures descendent assez bas pour qu’il neige. Ce n’est donc pas une température de 3°C qui devrait être bloquante.

      Personnellement, j’en ai deux grands en extérieur (températures minimales très exceptionnellement négatives). Le premier est dans une jardinière d’une centaine de litres et le deuxième est encore trop jeune. Je n’ai donc encore eu le plaisir de les voir en fleur, même si les fleurs sont de peu d’intérêt.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.