Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > La science dans l’art > La joaillerie > Une curieuse perle fine

Une curieuse perle fine

La Nature N°1440 - 29 Décembre 1900

mercredi 26 janvier 2011, par Denis Blaizot

L’exposition de l’Australie occidentale était certainement des plus curieuses par la beauté de ses produits parmi lesquels il y avait lieu de signaler les bois et l’or. Les échantillons de bois de Kari étaient aussi remarquables que les pépites offertes au regard du public étaient volumineuses. On y voyait encore une collection des plus nombreuses de ce projectile particulier, en forme d’arc de cercle, appelé boomerang, si terrible entre les mains habiles des indigènes et de superbes pointes de flèche, taillées dans des tessons de bouteille par les Australiens. Mais l’objet qui piquait, peut-être, le plus vivement la curiosité était une perle fine de la forme la plus inattendue. Au lieu de s’être formée progressivement de façon à conserver la forme sphérique, on aurait dit que la loi de formation avait été de procéder par bonds successifs. Par suite, c’était une série de perles, toutes soudées les unes aux autres, qui en étaient résultées. Ces perles étaient au nombre de neuf, dont sept en ligne droite et deux autres symétriquement placées dans un sens perpendiculaire, de façon à former un carré avec les deux premières de la rangée précédente. Il en résultait que l’aspect général de la perle était celui d’une croix.

La notice jointe à cette exhibition nous apprenait que la perle-croix fut trouvée, en 1884, sur la côte nord-ouest de l’Australie occidentale, dans une des nombreuses pêcheries perlières de la colonie. Elle ajoutait que la beauté de la perle et sa forme extraordinaire étaient un rare phénomène de la nature et un trésor inestimable.

D’après les renseignements que nous avons réclamés du commissaire général de l’Australie, nous pouvons dire que le possesseur de celte curiosité est M. Shall, qui est bien décidé à ne jamais s’en défaire, la considérant comme un précieux fétiche. Il y a quelques années, il en refusa 50 000 francs et aurait opposé le même refus à une offre du double.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.