Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Sciences de la vie > Botanique — Agronomie > Botanique de Ferdinand Faideau > La Culture des Plantes sans terre

La Culture des Plantes sans terre

Ferdinand Faideau, La Science Illustrée N°329 - 17 Mars 1894

samedi 11 avril 2009, par Denis Blaizot

Lorsqu’une plante possède des réserves dans une de ses parties souterraines, racine, rhizome ou bulbe, il n’est pas difficile de la faire végéter hors de terre pendant un certain temps, et cette propriété peut être utilisée d’une façon très heureuse pour les cultures en appartement.

Nous avons déjà vu comment on peut obtenir le développement des jacinthes dans des carafes pleines d’eau et aussi comment on peut conserver pendant longtemps des sylvies en les maintenant dans de la mousse humide.

On peut, par ce dernier procédé, obtenir une magnifique floraison de jacinthes variées dans d’élégants paniers en terre cuite, en porcelaine, destinées à l’ornement du salon.

La culture dans la mousse peut même être étend ue à des plantes qui ne contiennent pas de réserves, mais il faut alors leur fournir sous forme d’engrais les substances qui sont nécessaires à l’entretien de leur vie,

Au cours d’une promenade à la campagne, on arrache les plantes que l’on veut ainsi cultiver, mais en prenant de très grandes précautions. Il faut avoir grand soin de ne pas abimer les radicelles pendant l’arrachage. Une fois à la maison on les met dans l’eau à peine tiédie, de manière à ce que la terre parte toute seule sans qu’on ait besoin de secouer pour la faire tomber, ce qui détériore toujours le chevelu.

Les précautions que nous venons d’indiquer sont indispensables, la réussite dépend de leur stricte observation.

Dans la jardinière qu’on veut garnir, on place une bonne couche de mousse légèrement humide, et, sur ce lit, on étale avec soin, horizontalement, les racines des plantes. On achève de remplir avec de la mousse et on se garde bien désormais de toucher à la jardinière, car le moindre mouvement dérangerait les racines et compromettrait la végétation.

Il s’agit maintenant d’arroser. Voici comment il faut procéder. On se procure chez un horticulteur un des nombreux engrais vendus pour plantes d’appartement, par exemple l’engrais du Dr Jeannel, dont la formule est la suivante :

Azotate d’ammoniaque 380 grammes
Biphosphate d’ammoniaque 300 -
Salpetre brut 260 -
Biphosphate de chaux en poudre flne 50 -
Sulfate de fer 10 -
Total 1,000 grammes

Ce mélange pulvérisé est conservé à l’abri de l’air. On doit l’employer à raison de 2 grammes par litre d’eau.

Une fois par semaine, on arrose avec deux ou trois cuiller ! à café de cette solution saline et tout le reste du temps avec de l’eau ordinaire.

Il est bon aussi de temps en temps de faire un abondant arrosement à l’eau ordinaire pour dissoudre les sels accumulés que les plantes n’ont pu absorber.

Notre gravure représente une jardinière dans laquelle des lobes linaires en pleine floraison, comme on en trouve au bord des chemins pendant tout l’été, sont cultivées de cette manière.

Cette méthode de culture doit être essayée par tous ceux qui désirent conserver des fleurs pendant longtemps et les voir s’épanouir dans leur salon même. Ce procédé présente aussi l’avantage d’être d’une propreté extrême, qualité qu’apprécieront toutes les maîtresses de maison qui déplorent toujours les ronds et les marques laissés par les vases sur les meubles ou les parquets où ils ont été posés. Avec cette méthode, plus de terre, partant plus de poussière dans l’intervalle des arrosages plus de boue après l’arrosage ; somme toute on trouve réunis l’agrément et la propreté, c’est tout qu’il faut demander aux cultures d’appartement

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.