Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > La science dans l’art > Minéralogie et pierres précieuses > Les quartz colorés

Les quartz colorés

La Science Illustrée N° 536, 5 Mars 1898

Mis en ligne par Lauryn le samedi 28 février 2009

Avant d’aborder les variétés colorées du quartz qui font l’objet de ce travail, nous demandons la permission de revenir un instant sur le cristal de roche, ne serait-ce que pour présenter cette belle coupe ciselée du XVIe siècle, conservée dans un des musées de Florence.

Nous examinions, dans un précédent article,les usages du cristal de roche au temps passé ; ses applications sont aujourd’hui des plus restreintes. On en fait surtout des flacons à parfums, des coffrets, des boules, des vases dont le mode de fabrication a été déjà indiqué ici-même ( Voir Science Illustrée, t. I, p. 70). On l’utilise pour imiter les brillants et plusieurs maisons importantes de Paris se sont fait une spécialité de ces belles imitations. II a une certaine importance en lunetterie ; on en fait des lentilles qui sont très estimées.

Le cristal de roche est une des substances les plus réfractaires que l’on connaisse ; on l’a considéré longtemps comme infusible ; pourtant un chimiste français, Gaudin, est parvenu à le fondre et à le filer comme du verre. Le quartz filé paraît destiné à prendre une certaine importance dans les arts, dans tous les cas où l’on employait le verre filé, mais sur­ tout, en physique, à cause de la finesse de ses filaments, de leur résistance à la torsion, de leur élasticité, de leur grande ténacité et de leurs propriétés isolantes.

En1887, M. Vernon-Boys a fait, pour la pre­mière fois, des filaments de quartz tellement fins qu’ils en étaient invisibles, en se servant d’un arc et d’une flèche, à laquelle on fait toucher la surface en fusion d’une masse de cristal. La flèche part, laissant sur son trajet un fil d’une finesse extrême. Ces fils servent aux astronomes comme fils de réticule ; ils sont bien plus avantageux que les fils d’araignée, en raison de leur plus grande résistance.

Ces fils ont permis à M. Vernon-Boys de réaliser aisément l’expérience de Cavendish, démontrant l’attraction universelle. Deux petites masses de plomb,munies d’un petit miroir, sont supportées par un filament de quartz formant une suspension très mobile. Si on déplace autour de ce système, deux masses de plomb de 1 kilogramme, leur attraction détermine un déplacement sensible des petites masses suspendues, déplacement qu’on amplifie par projection à l’aide d’un ’rayon lumineux tombant sur les petits miroirs.

Si,dans l’électroscope, on supporte les feuilles d’or par un filament de quarts, celle-ci gardent leur charge électrique pendant plusieurs heures, même dans une atmosphère saturée d’humidité.

Le quartz ne présente pas toujours l’absence de couleur et la limpidité absolue qui lui ont fait donner le nom de cristal de roche. Il peut être hydraté et offrir, de ce fait, des couleurs changeantes et des reflets nacrés ; on le nomme alors opale. Les opales de Hongrie sont de beaucoup les plus estimées, c’est pourquoi on les nomme opales orientales suivant la règle usitée en joaillerie. L’opale feu du Mexique possède une belle teinte rouge ; 1’opale arlequine est polychrome ; l’opale de bois présente dans sa masse I’apparence de filaments ligneux. Les différentes opales jouissaient, d’une grande réputation chez les anciens.

Le quartz enfumé est une espèce colorée en noir plus pu moins foncé par des matières charbonneuses. .Les diamants d’Alençon, qui se recueillent aux environs de cette ville, sont une jolie variété de quartz enfumé.

Le quartz coloré en vert a reçu le nom de pseudo-émeraude ; s’il a une teinte orangée, c’est le pseudo-grenat ; jaune, on le nomme pseudo-topaze ; rose, rubis de Bohême. On dit aussi prime d’émeraude, prime de topaze, etc.

Toutes ces pierres ont été employées dès l’antiquité pour la fabrication de vases, de bijoux. Elles ont été autrefois en grande faveur pour la confection des abraxas, des pierres gnostiques et basilidiennes, des talismans et, d’une manière générale, des amulettes destinées à conjurer les maladies et le mauvais sort. Ces pierres gravées, nombreuses dans nos collections, avaient une vertu occulte, non seulement par les inscriptions cabalistiques qu’elles portaient, mais par la substance même dont elles étaient formées. Au moyen âge, I’agate passait pour favoriser les accouchements et préserver de la morsure des serpents ; telle autre pierre, était excellente pour faire gagner les procès, pour préserver des coliques, de la peste, etc. Ne nous moquons pas trop de nos ancêtres : combien de mères de famille, pleines de sollicitude, achètent encore des colliers d’ambre pour soustraire leurs enfants aux convulsions !

La variété la plus estimée de quartz coloré est l’améthyste, qui doit sa belle couleur violette à des sels de manganèse. Les plus belles améthystes viennent de l’Inde, des Asturies, du Brésil, où l’on en a trouvé des morceaux pesant plus de 50 ’kilogrammes, de la Sibérie, de l’Allemagne. On en trouve aussi en France, dans les Hautes-Alpes.

Améthyste vient du grec (a privatif, mêthè, ivresse), parce que les anciens lui attribuaient la propriété de préserver de l’ivresse ; c’est pourquoi ils gravaient, sur les coupes luxueuses faites avec ce précieux minéral, la tête de Bacchus.

L’habileté des graveurs de l’antiquité était incomparable. La Bibliothèque nationale possède une améthyste de toute beauté représentant Achille jouant de la lyre, et un buste de Mécène, gravé suraméthyste par Dioscoride. Cette gemme était une des douze pierres qui composaient le pectoral du grand prêtre des juifs ; les autres étaient la sardoine, la topaze, l’émeraude, l’escarboucle, le saphir, le jaspe, le ligure, l’agate, le chrysolite, l’onyx et le béril. Sa couleur est aussi le signe caractéristique de la dignité des évêques dans l’église chrétienne : elle est adoptée pour orner leur anneau pastoral ; d’où le nom de pierre d’évêque qu’on lui donne parfois.

La couleur de l’améthyste s’harmonise fort bien avec l’or ; aussi est-elle très employée en bijouterie ; on en fait des colliers, des bagues, des pendants d’oreille.

Il faut bien se garder de confondre l’améthyste avec le spath-fluor violet (pseudo-améthyste) dont la beauté et la valeur sont infiniment moins grandes.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?