Mode, beauté et accessoires divers

Bien qu’ordinairement considérés comme synonymes, ces deux mots ont un sens assez différent. Les objets qu’ils désignent ont, dans l’esprit des croyants, la propriété d’écarter les maléfices, les maladies, les accidents, mais tandis que l’amulette est forcément portée par la personne, il n’en est pas de (...)

La Science illustrée a déjà publié sur les éventails et leur fabrication un important article, très documenté, de notre collaborateur M. Maisonneufve, dans lequel nos lecteurs trouvèrent une foule de renseignements sur ces instruments, qui tiennent une place si honorable dans l’arsenal de la (...)

Protéger la plante du pied contre les rugosités du sol, tel est le premier but de la chaussure ; la sandale la plus primitive formée par une simple semelle fixée au pied suffit à le remplir. Pour mettre le pied lui-même à l’abri du froid, de la boue, de la pluie, il a fallu ajouter à la semelle une (...)

Les usages des parfums sont innombrables, Nous avons parlé de leur emploi dans les cérémonies du culte chez presque tous les peuples et dans la plupart des religions ; de leurs applications aux cérémonies funéraires et à la conservation plus ou moins parfaite des cadavres. On leur a trouvé des (...)

L’étymologie du mot parfum (per fumum, à l’aide de la fumée) permet de croire que ce nom fut réservé tout d’abord aux odeurs produites en brûlant des résines et des bois aromatiques, et qu’il fut donné ensuite, par extension ; à toutes les substances douées d’une senteur agréable. Les peuples primitifs, (...)

Le collier a figuré de tout temps, comme objet de toilette, dans l’histoire de la vie privée de toutes les nations. Aux époques préhistoriques, les colliers de dents d’animaux ou de coquillages, que l’on trouve à côté des ossements jaunis, constituaient, sans doute, un insigne du pouvoir. Nous (...)

L’usage de porter au poignet un anneau ornemental est aussi ancien que l’homme. Les peuplades de l’époque de la pierre polie avaient déjà des bracelets formés de graines, de pierres brillantes, de coquillages enfilés, comme en ont les quelques sauvages qui errent encore à la surface du globe. Dans (...)

La nécessité de réunir, pour se préserver du froid ou pour la commodité de la marche, les deux extrémités d’une peau de bête, a donné, sans doute, l’idée de la première épingle qui consista en quelque piquant de plante ou en un fragment d’os usé sur la pierre. Après avoir servi à réunir, l’épingle a servi (...)