| Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+

Accueil > Articles scientifiques > Sciences de la vie > Botanique — Agronomie > Botanique de Ferdinand Faideau > Silènes

Silènes

Ferdinand Faideau, La Science Illustrée N°542, avril 1898

vendredi 11 septembre 2009, par gloubik

Les Silènes sont de plus en plus employés dans la décoration des jardins. Leur floraison est abondante, de longue durée, et ils exigent peu de soins. Leurs fleurs, blanches ou roses, sans briller d’un grand éclat, sont fort gracieuses. Toutes ces raisons expliquent suffisamment la faveur dont ils jouissent et leur fréquence dans les plates-bandes et les corbeilles.

Parmi les espèces indigènes, on cultive surtout le silene armeria, plante glabre, glauque, à tige visqueuse, dressée, de 50 à 60 centimètres, qui donne, en juillet, des corymbes de fleurs roses, blanches ou carnées, et le silène sans tige (S. acaulis), qui croît dans les Alpes entre 1000 et 3000 mètres d’altitude. Cette jolie petite plante, qui n’excède pas cinq centimètres, forme un gazon très serré et d’lm beau vert, se garnissant en juin de fleurs roses qui font l’ornement des rochers.

Le silène à fruits pendants (S. pendula), de Sicile, est une espèce annuelle à fleurs roses dressées au moment de l’épanouissement, puis pendantes : le silène de Shafta, du Caucase, ne fleurit qu’en octobre ; il est très rustique. Le silène à fleurs serrées (S. cmmpacta), de Russie, est une plante bisannuelle à feuilles charnues, à fleurs d’un rose tendre, groupées en grappes volumineuses.

Le silène fruticulosa, que nous reproduisons, est une espèce russe, qui présente la particularité, rare chez les Silènes, d’avoir des souches ligneuses, persistantes, atteignant parfois la grosseur du petit doigt. Elles donnent naissance à des rameaux annuels, menus, feuillés, qui se garnissent, dans leur partie supérieure, de fleurs dressées, blanches, à pétales bifides, et longuement pédonculés.

Les caractères botaniques du genre Silène sont d’une détermination facile. Ce sont des caryophillées à calice gamosépale ; leurs feuilles sont toutes sessiles et leur fruit est une capsule, ce qui les distingue des cucubales, dont les feuilles supérieures ont lin pétiole et qui ont pour fruit une haie. Chez les Silènes, l’ovaire, libre, est surmonté de 3 styles, tandis que dans le genre voisin Lychnis, il y a ou ;) styles ou aucun. Beaucoup de Silènes ont un calice pansu, renflé, comme le ventre du père nourricier de Bacchus ; d’Où le nom du genre.

La tige de nombre d’entre eux est couverte, surtout au voisinage des fleurs, de glandes sécrétant un liquide visqueux destiné à engluer les insectes gourmands qui montent à l’assaut de leurs nectaires. Le silène de France, le S. penché (S. autans), le S. Armeria, le S. attrape-mouches (S. mucipula), pour n’en citer que quelques-uns, ont une tige visqueuse, le long de laquelle on observe toujours les cadavres de nombreux petits insectes. Cette viscosité se retrouve dans quelques plantes voisines, chez les Viscaria (visium, glu) et chez certains Lychnis, notamment le L. viscara, vulgairement attrape-mouches.

Beaucoup de Silènes n’ont de parfum que le soir et ne s’ouvrent que la nuit (S. nocturna, S. noctiflora, S. nutans, etc.). Leurs rapports avec les insectes, étudiés surtout par Kerner, sont des plus curieux. Nous empruntons à l’intéressant ouvrage de sir John Lubbock, La vie des plantes, les détails de la floraison du silène penché (S. nutans ).

« Les pédoncules des fleurs sont visqueux, ce qui arrête les fourmis et les autres petits insectes aptères. Chaque fleur dure trois jours, ou plutôt trois nuits. Les étamines, au nombre de dix, forment deux verticilles : cinq d’entre elles sont opposées aux sépales, les cinq autres sont opposées aux pétales. La fleur est blanche, comme toutes celles qui s’ouvrent la nuit. Elle s’épanouit le soir quand son parfum s’est parfaitement développé. La première soirée de son éclosion, an crépuscule, les cinq étamines opposées aux Sépales croissent très rapidement pendant deux heures, de sorte qu’elles dépassent la corolle. Le pollen mûrit, la déhiscence s’opère et la poussière fécondante est exposée à la surface de la fleur. Alors, pendant toute la nuit, la fleur attire par son parfum un grand nombre de papillons nocturnes.

« Vers 3 heures du matin, le parfum disparaît, les anthères commencent à se flétrir et deviennent pendantes. Les pétales s’enroulent sur eux-mêmes et ferment complètement la fleur, en ne laissant apercevoir que leur face inférieure plissée et d’un vert brunâtre. C’est ainsi que, le matin, la fleur paraît fanée, son parfum a disparu et son nectar est caché par les pétales. Cet état persiste toute la journée.

« Mais le soir suivant, tout change ; les pétales se déroulent et, vers 8 heures, le parfum est revenu. Les étamines qui composent le second verticille croissent rapidement, leur déhiscence s’opère et le pollen reste encore exposé sur la fleur. Le lendernain matin, ces étamines sont fanées, le parfum a encore di paru et la fleur se ferme.

« Le troisième soir, la fleur s’ouvre pour la dernière fois, et, alors, c’est le pistil qui croît à son tour. Les longs stigmates spiralés se développent beaucoup et peuvent être facilement pollinisés par les papillons nocturnes qui ont déjà visité d’autres fleurs de silene nutans », Particularité curieuse : non seulement il est difficile d’obtenir des hybrides d’espèces, mais encore de simples métis entre variétés d’une même forme ; tandis qu’au contraire, on connaît des hybrides de genre entre Silène et Lychnis.

F. FAIDEAU.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.