Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Sciences de la vie > Botanique — Agronomie > Botanique de Ferdinand Faideau > Sedum

Sedum

Ferdinand Faideau, La Science Illustrée N°532 — février 1898

samedi 5 septembre 2009, par Denis Blaizot

Le genre Sedum, le plus important de la famille des Crassulacées, comprend 120 espèces répandues la plupart dans les climats tempérés et subtropicaux, en Europe, en Asie occidentale, dans l’Afrique australe et dans l’Amérique du Nord.

En France seulement, on en compte plus de vingt espèces, dont quelques-unes sont des plus communes. Les sedums sont rangés dans la catégorie des plantes grasses, il cause de leurs feuilles épaisses renfermant une provision d’eau qui permet il ces végétaux de supporter longtemps la sécheresse sur les rochers ou dans les fentes des murs.

La forme des feuilles qui, tantôt sont plates, tantôt, au contraire, sont cylindriques ou globuleuses, fournit un bon caractère permettant de diviser le genre en groupes et facilite par suite la détermination des espèces. Beaucoup de sedum possèdent des tiges rampantes qui se redressent dans leur partie supérieure, formant un angle doit ; elles sont comme assises sur le sol, caractère qui a servi il nommer le genre (sedere, s’asseoir).

Les fleurs des sedum sont très régulières, délicates, élégantes, groupées en cymes ; elle comprennent d’ordinaire 5 divisions, mais le nombre de celles-ci peut varier de 4 à 7. Les sépales et les pétales sont libres ; l’androcée comprend un nombre d’étamines égal, en général, au nombre total des pièces du périanthe. L’ovaire est libre, formé d’autant de carpelles qu’il y a de pétales ; chaque carpelle donne, à la maturité, un follicule.

Notre plus belle espèce indigène est le Sedum reprise (S. Telephium) ou Orpin, commun dans les parties humides des bois. C’est une plante vivace qui peut atteindre 50 à 60 centimètres de haut et qui donne, de juillet à septembre, un beau groupe de jolies fleurs roses. Bien reconnaissable à ses feuilles dentées, ce sedum se trouve aisément au bois de Boulogne et dans le parc de Saint-Cloud ; à plus forte raison est-il facile de se le procurer dans les bois moins fréquentés.

L’orpin jouit d’une certaine réputation populaire comme cicatrisant ; on le dit infaillible pour la reprise des plaies, d’où son nom. Ses feuilles sont employées fraîches ou pilées, ou encore macérées dans de l’huile d’olive.

Le Sedum réfléchi, le Sedum âcre, aux fleurs jaunes, et le Sedum blanc, qui recouvrent les murs et les décombres, sont aussi parmi les espèces les plus communes en France et sont bien connues de tous.

A cause de la facilité de leur culture, les sedum sont très employés par les jardiniers qui utilisent, non seulement la plupart des espèces indigènes, mais encore un grand nombre d’espèces étrangères.

Le Sedum à feuilles de peuplier (S, populifolium), dont nous donnons l’aspect, est une espèce des plus recommandables. Originaire de Sibérie, elle croît en abondance sur les terrains les plus arides ; elle forme un tapis charmant autour des roches couvertes de mousse. Ses longues racines rampent à découvert sur les rochers et dans la mousse qui leur sert comme de couverture, de manière qu’en l’enlevant on peut emporter toute la plante. Ce sedum a, de loin, avec sa tige, l’apparence d’un jeune peuplier.

Cette ressemblance entre des herbes et certains arbres est assez fréquente ; elle avait frappé Bernardin de Saint-Pierre, toujours préoccupé des harmonies naturelles. « Souvent, dit-il, les herbes représentent dans les prairies le port des arbres des forêts ; il y en a qui, par leurs feuillages et leurs proportions, ressemblent au pin, au sapin et au chêne : je crois même que chaque arbre a une consonance dans les herbes. C’est par cette magie que de petits espaces nous offrent l’étendue d’un grand terrain. Si vous êtes sous un bosquet de chênes, et que vous aperceviez sur un tertre voisin des touffes de germandrées, dont le feuillage leur ressemble en petit, vous éprouverez les effets d’une perspective.

Ces dégradations de proportions s’étendent même des arbres jusqu’aux mousses, et sont les causes, en partie, du plaisir que nous éprouvons dans les lieux agrestes, quand la nature a eu le loisir d’y disposer ses plans. »

Le Sedum populifolium donne, en août, des fleurs pentamères d’un blanc jaunâtre, groupées en cymes paniculées du plus charmant effet.

Le Sedum Sieboldii, du Japon, et le S. sarmentosum du nord de la Chine, sont aussi des espèces très employée ; la première a des fleurs d’un rose vineux, en cymes denses et arrondies ; la seconde, de petites fleurs d’un jaune doré.

Ferdinand Faideau.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.