Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Géophysique, géographie > La variation des latitudes

La variation des latitudes

la Revue Scientifique — 17 septembre 1910

jeudi 21 mai 2009, par Denis Blaizot

Comme il a coutume de le faire, depuis l’organisation internationale des observations concernant les variations de la latitude, M. professeur Albrecht vient de donner [1] les résultats provisoires déduits des déterminations obtenues aux stations de l’hémisphère boréal, dans l’intervalle 1908 à 1910.

Ces stations, situées presque exactement sur le même cercle de latitude 39°.8’. sont les suivantes : Mizusawa (Japon) ; Tschardjui (Russie d’Asie) ; Carloforte (Italie) ; Gaithersburg (Maryland) ; Cincinnati (Ohio) ; Ukiah (Californie).

Relativement à la station de Tschardjui, les données se rapportent à l’ancien Observatoire, car la nouvelle installation érigée sur la rive gauche du fleuve Amu-Darja n’a commencé à fonctionner que dans la seconde moitié de 1909. Du reste, la différence de latitude des deux stations atteint seulement 0",25.

M. Albrecht, dans son intéressant travail, fournit, pour chaque dixième d’année et pour chacun des Observatoires participants, l’écart de la latitude observée sur la latitude moyenne.

De ces écarts, il déduit, pour les mêmes dates, les quantités x, y, z, qui se définissent simplement de la manière suivante : la formule de la variation des latitudes a pour expression : x cos \lambda  + y sin \lambda +z, dans laquelle  \lambdadésigne la latitude du lieu d’observations et où x, y, représentent les composantes de la variation dans deux directions rectangulaires, dont l’une correspond au plan de longitude zéro. Quant au terme z, il désigne une partie de la variation, qui est commune à toutes les stations et qui est la conséquence d’un déplacement du cercle de gravité de notre globe vers l’un ou l’autre pôle.

Le point saillant du tableau fourni par M. Albrecht est la notable augmentation de l’amplitude de la variation durant l’année 1909, amplitude qui dépasse très nettement celle des années précédentes. En outre, l’allure de la courbe de variation est très régulière dans la période 1907-1909. L’orbe décrite par le pôle durant cet intervalle est celle d’une spirale allant en s’élargissant.

Si l’on examine maintenant la courbe décrite par le pôle durant cette première décade d’observations internationales (fig. 70), on constate principalement un maximum de l’amplitude en 1903 et un autre en 1909. Il est aisé de se rendre compte que nous sommes encore loin de pouvoir représenter l’ensemble des variations à l’aide d’une formule mathématique simple.

Les latitudes moyennes, c’est-à-dire affranchies de l’influence des termes en x,y, z, sont très concordantes pour les six stations comme le montre le tableau suivant :

Ecart de latitude des points d’observations par rapport à la latitude de référence  \lambda  = + 39^o  8' 1900 à 1907
Mizusawa 3,62’’ 3,62’’ 3,61’’
Tchjurdjui 10,66’’ 10,69’’ 10,70’’
Carloforte 8,94’’ 8,90’’ 8,91’’
Gaithersburg 13,19’’ 13,19’’ 13,19’’
Cincinnati 19,31’’ 19,35’’ 19,33’’
Ukiah 12,08’’ 12,04’’ 12,08’’

D’ailleurs, le graphique ci-joint,que nous empruntons à M. Albrecht, donne une idée nette des variations du pôle depuis le début du siècle. Il fournit les positions du pôle boréal pour chaque dixième d’année.

G. F.


[1Astronomiscke Nachriciiten, n° 4414.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.