Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Industrie > Architecture > On peut construire le gros œuvre d’une petite maison en une journée

On peut construire le gros œuvre d’une petite maison en une journée

Sciences et Voyages N°449 — 5 avril 1928

Mis en ligne par Denis Blaizot le mardi 26 décembre 2017

La crise de l’habitation, qui sévit dans presque toutes les grandes villes du monde entier, a suscité l’invention de nombreux systèmes de construction rapide et économique. Sciences et Voyages en a signalé plusieurs et notamment le curieux procédé pour l’édification de maisons en acier, récemment mis au point par des constructeurs anglais.

Les méthodes les plus employées pour la construction rapide comportent l’emploi de blocs en béton moulés à la presse, et dont les inventeurs se sont ingéniés à varier les formes, afin de permettre la mise en place rapide, avec le plus de cohésion possible pour la maçonnerie. Ces blocs sont faits, soit avec du sable, du gravier et du ciment (ce sont les meilleurs), soit avec les mêmes éléments, mais la chaux remplaçant, en tout ou partie, le ciment, soit avec des mâchefers broyés et de la chaux ou du ciment. Ces derniers sont les plus économiques, mais s’ils ont l’avantage d’être relativement légers), ils sont peu résistants, et doivent êtres protégés par de bons enduits.

Ces blocs sont le plus souvent creux, de manière à donner une assez grande largeur d’assise avec un poids réduit, et en ménageant des espaces vides dans lesquels l’air agit comme un isolant thermique. Une forme nouvelle de bloc de construction est représentée sur les photographies que nous reproduisons aujourd’hui. Il s’agit d un nouvel élément imaginé en Angleterre. Ce bloc a, en plan, la forme d’un triangle rectangle isocèle. En juxtaposant les blocs, réunis par un joint de mortier, on constitue des murs creux qui ont l’aspect extérieur de murs en moellons taillés. La triangulation est la même à chaque assise de blocs, bien que pour plus de stabilité on décale les éléments d’une demi-largeur d’une assise à la suivante. Le mur comporte ainsi dans son épaisseur une série de conduits verticaux continus, qui servent à l’aération de la paroi, comme nous l’avons dit, ou bien qui peuvent contenir des armatures d’acier, si l’on veut transformer les angles de la construction en poteaux en béton armé. Dans ce cas, à mesure que monteraient les murs, on remplirait de mortier de béton. Les orifices des blocs dans lesquels on aurait placé les barres d’acier aux angles et de chaque côté des baies, par exemple.

Les blocs présentés à l’Exposition de Wembley étaient particulièrement résistants. Un bloc essayé à la presse hydraulique supporte une pression de 35 tonnes avant de se rompre par écrasement. D’autre part, ils sont très peu perméables à l’humidité, comme le montre l’une de nos illustrations, où l’on voit des blocs disposés autour d’une petite chaudière, au moyen de laquelle on envoie à leur surface des jets continus de vapeur : la vapeur d’eau se condense contre les éléments et ruisselle à leur base sans les traverser.

De petits éléments, ayant une section moitié de celle des blocs normaux, se raccordent avec ceux-ci pour donner des arêtes à angle droit, ou pour permettre toutes combinaisons de murs plus ou moins compliquées en plan. Aussi les inventeurs ont-ils pu édifier à l’exposition, en 18 minutes, un mur de 9 mètres de longueur, 0,70m de hauteur et 0,23m d’épaisseur. Ils prétendent qu’avec ces blocs, on peut construire une maison de quatre à cinq pièces en une seule journée. C’est là un résultat qui ne pourrait manquer de séduire les candidats propriétaires.

P. C. [1]


[1Très certainement Paul Calfas, rédacteur habitué de cette revue.