Récréations botaniques

D’où proviennent les gouttelettes d’eau que l’on remarque sur les feuilles des plantes pendant les fraîches matinées du printemps et du commencement de l’automne ? — Parbleu, direz-vous, voilà une singulière question ! Le premier enfant venu vous dira que c’est la rosée qui en est la cause, la rosée (...)

Les haies et les buissons sont, au mois de mai, dans tout l’éclat de leur parure. L’aubépine est couverte d’un blanc manteau de fleurs odorantes, les lilas dressent leurs grappes au milieu de leur feuillage d’un vert gai et la viorne obier porte à l’extrémité de ses rameaux ses jolis groupes de fleurs (...)

Vous êtes-vous jamais inquiété de savoir quelle était la plus commune parmi toutes les nuances dont sont colorées les fleurs de nos champs et de nos bois ? Si oui, vous avez certainement reconnu bien vite que le blanc est la couleur la plus répandue. Mais quelle est ensuite la plus commune ? Là, (...)

Il n’est que temps d’aller faire une dernière excursion à la recherche des fleurs peu nombreuses qui ont attendu, pour s’épanouir, la fin de l’automne. Nous rencontrerons aussi quelques plantes, entrevues lors de notre précédente promenade, qui continuent à fleurir jusqu’aux premiers froids. Perdues au (...)

Dans un précédent article, nous montrions comment, à l’aide d’herbes et de fleurs communes, on peut réaliser des bouquets dits perpétuels qui fournissent pour l’appartement des ornements fort gracieux. Depuis quelques années, ces bouquets sont devenus tellement à la mode qu’il s’est fondé des maisons (...)

Prévoir le beau temps ou la pluie est, au moment des récoltes, d’une importance extrême pour le cultivateur ; aussi note-t-il avec soin tous les indices plus ou moins infaillibles qui peuvent le guider dans cette prévision. Il observe l’aspect du ciel au moment où le soleil se couche, il s’assure de (...)

Les plantes nous ont montré des mouvements fort curieux de leurs différentes parties, mais nous n’en avons encore vu aucune se déplacer et quitter un endroit qui ne lui plaît pas, pour un autre à sa convenance. C’est pourtant ce que fit, un beau jour, un chêne de Ville-d’Avray. Il vivait tant bien que (...)

Les personnes qui habitent la campagne savent, pour amuser les enfants, confectionner une foule d’instruments plus ou moins musicaux en employant des matériaux tout à fait primitifs, comme l’écorce ou les jeunes pousses des arbres, les noyaux de certains fruits. Il est difficile, à l’aide de ces (...)

Certaines plantes s’accommodent de toutes les circonstances et végètent dans toutes les conditions. Tel est le pissenlit ; il est répandu partout, dans les prés, dans les bois, au bord des eaux, au sommet des murs, le long des routes, on aperçoit, suivant la saison, ses gros capitules jaunes ou ses (...)

Au moment de la fécondation, toute la vie de la plante semble se concentrer dans les fleurs. C’est alors que l’on voit des étamines se mettre en mouvement, des anthères s’ouvrir par quelque mécanisme ingénieux et des nuages de pollen, lancés comme par un ressort, venir recouvrir les stigmates. Dans (...)

Depuis notre excursion du printemps, bien des changements se sont accomplis dans les champs et dans les bois. Les ficaires et les sylvies ont, depuis longtemps, laissé tomber leurs pétales ; les corolles de la primevère et de la violette odorante se sont desséchées sur leur tige. Le cerisier et le (...)

Quand, dans son cours, le professeur de botanique annonce qu’il va parler des cucurbitacées, il voit infailliblement apparaître un sourire sur les lèvres des élèves, et le moment venu de réciter la leçon, il peut être sûr que, si les caractères de la famille sont souvent dénaturés de la façon la plus (...)

Le sol et l’air sont également indispensables à la vie de la plante : les feuilles sont chargées de puiser dans l’air les substances qui lui sont utiles, tandis que les racines vont les chercher dans le sol. Cette absorption de l’eau du sol avec les sels et les gaz qu’elle tient en dissolution a (...)

Linné, en observant l’époque de floraison des plantes, a pu dresser un Calendrier de Flore ; en notant soigneusement les heures d’ouverture et de fermeture de certaines fleurs, il a établi une Horloge de Flore dont nous avons eu déjà l’occasion de parler. D’un autre côté, Bierkander a nommé hygromètre (...)

Faire une abondante herborisation sans sortir de Paris, à notre époque d’asphalte et de pavés de bois, semble être une opération chimérique ; elle a été cependant réalisée avec succès par quelques botanistes, notamment par M. J. Vallat. En dehors des ruines de la Cour des comptes, aujourd’hui transformées (...)

Profitant d’une belle journée, nous allons courir les champs et les bois, non pas avec l’intention de faire de la botanique, mais simplement pour nous griser de grand air et de printemps ; et afin de donner un but à notre longue promenade, nous cueillerons un joli bouquet. Si nous rencontrons en (...)

Sur la table, les fleurs sont presque indispensables ; leurs brillantes couleurs font ressortir la blancheur éblouissante du linge, leurs corolles découpées se marient de la façon la plus heureuse aux formes délicates des vases de cristal ou de porcelaine dans lesquels elles sont contenues. La (...)

Les fleurs colorées soumises à l’action des vapeurs d’alcali volatil deviennent vertes ou bleues, tandis qu’elles prennent une belle teinte rouge si on les expose à des vapeurs acides, comme celles de l’acide chlorhydrique. Il est également facile de décolorer des fleurs en les plaçant humides dans un (...)

Faire de longues courses à travers les bois est un exercice toujours salutaire auquel, suivant la saison, viennent s’ajouter des plaisirs variés qui peuvent satisfaire les goûts les plus différents. Le simple promeneur aspire, à chaque pas, la douce senteur de la violette ou du muguet et résiste (...)