Physique, Chimie

Cet ensemble a été publié du 8 juin 1890 (N°132) au 4 Octobre 1890 (N°149). Henri de Parville y résume l’essentiel des notions de mécanique.

Dans une de ses dernières séances, l’Académie des sciences a reçu un mémoire d’un inventeur ignoré qui prétend avoir découvert — une fois de plus — le mouvement perpétuel. L’assemblée n’a pas cru devoir accorder à cet écrit les honneurs d’une discussion. Une fin de non-recevoir aussi dédaigneuse ne doit pas (...)

I. — Du mouvement universel. Le Musée des Sciences n’a pas craint d’aborder jusqu’ici la plupart des grands problèmes condamnés, dont la solution est cherchée en vain depuis l’époque la plus reculée ; avant de clore sa première année, il s’empresse de traiter la question, si pleine d’intérêt, du mouvement (...)

Dans la série des éléments l’hydrogène occupe incontestablement une place à part. Si l’hypothèse de Proust a dû être abandonnée à la suite des mémorables travaux de Dumas, de Stas, de Roscoë, si nous ne voyons plus dans l’hydrogène la matière primitive même, toutefois, ce gaz, le plus léger de la nature, nous (...)

Prévisions théoriques modernes sur l’existence de nouveaux corps simples I La découverte d’un nouveau corps simple n’existant qu’en minime proportion dans les roches ordinaires et par conséquent ne paraissant pas susceptible de grandes applications pratiques n’en offre pas moins un vif intérêt au (...)

Conférence faite aux étudiants et aux amis de l’université de Paris, le 16 février 1901. par M. Jean Perrin, chargé du cours de Chimie à la Sorbonne. Nos sens ne nous permettent pas de percevoir directement la matière au delà d’un certain degré de petitesse ; notre vue, par exemple, ne peut nous faire (...)

La tendance générale actuelle de la mécanique moderne est, avec raison, la simplicité, et jamais cette tendance ne s’est mieux manifestée, depuis quelques années, que dans la construction des moteurs à essence de pétrole, moteurs sans lesquels l’automobile n’existerait pas encore, puisque la rivale du (...)

L’immense pression développée dans une presse hydraulique est pour tout le monde un sujet d’étonnement. Une presse hydraulique est un transmetteur dans lequel une certaine pression par centimètre carré, agissant sur une petite surface, est capable de développer la même pression par centimètre carré (...)

Discours de M. Berthelot, prononcé au Banquet de la Chambre syndicale des produits chimiques, le 5 avril 1891.Extrait de Science et morale, Calmann-Lévy 1897 Messieurs Je vous remercie d’avoir bien voulu nous inviter à votre banquet et d’avoir réuni dans ces agapes fraternelles, sous la présidence (...)

L’origine de la légende qui fait supposer que les Romains ont pu connaître l’aluminium est un passage du Satyricon de Pétrone [1] chap. LI, dont voici la traduction. « Un ouvrier toutefois réussit à faire une coupe de verre qui ne se brisait pas. Admis en présence de l’empereur, il la lui offrit, (...)

1e partie - N°2668 (23 mai 1925) L’approvisionnement en essences et en huiles nécessaires aux moteurs à explosion, chaque jour plus nombreux dans notre pays, est une question de haut intérêt national. Nous ne pouvons guère prendre en main un journal sans qu’il nous transmette l’écho parfois (...)

Ces deux produits, si nettement différents l’un de l’autre, dont l’un sert à préparer l’eau de javel, l’autre le savon, ont une même origine : l’électrolyse du chlorure de sodium ou sel marin. Il pourra peut-être paraître surprenant à plusieurs de nos lecteurs qu’on vienne leur parler, dans un même (...)

Thèse de la faculté des Sciences de Paris, M. Henri Becquerel [1] La thèse de doctorat, présentée cette année par M. Becquerel, est particulièrement remarquable. Elle n’est pas, ainsi qu’il arrive d’ordinaire, l’œuvre d’un débutant qui se hâte de soumettre à la Faculté les premiers résultats intéressants (...)

Le résumé sommaire, que je vais donner ici, des expériences que je poursuis depuis près de 10 ans, sur la dissociation de la matière a pour but de présenter, avec quelques expériences nouvelles, un très bref aperçu des résultats obtenus (On trouvera l’ensemble de ces recherches développé dans mon ouvrage (...)

Gomme arabique, adragante, bassorine et cérasine sont quatre produits apparentés. Obtenus par le même procédé : excision de l’écorce des plantes et récolte du suc qui en exsude. Leurs propriétés, quoique semblables différent légèrement. Gomme arabique Elle est le produit d’une espèce d’acacia qui croit en (...)

Le gyroscope ne demeure mystérieux que par la façon obscure dont on l’explique. La plupart, il est vrai, ne s’y intéressent que par amour du mystère ; que ceux-là donc évitent soigneusement de chercher à comprendre ; mais tous les autres peuvent, avec un petit effort, saisir l’essentiel. DÉFINITIONS (...)

Fig. 1. - Reproduction de la photographie d’une maison à travers un corps opaque (pose : 60 secondes), Le défaut de netteté tient : 1° à ce que la mise au point pour de grandes longueurs d’onde ne peut se faire que par le calcul ; 2° à ce que l’écran phosphorescent employé comme plaque sensible avait une (...)

Exposition d’hygiène urbaine L’une des salles qui attire le plus l’attention du public à l’Exposition d’hygiène urbaine, c’est assurément celle dans laquelle le service des eaux de Paris a exposé tous les appareils mis en usage pour l’amenée et la distribution des eaux, ainsi qu’une installation (...)

L’or se présente dans la nature soit à l’état de grains plus ou moins gros, soit à l’état d’une poussière assez ténue pour surnager sur l’eau en mouvement, soit de grains enveloppés d’une gangue tellement tenace que l’on ne peut songer à l’amalgamation, soit enfin à l’état de combinaison ou de mélange intime (...)

Texte d’une conférence sur le radium, faite à la « Royal Institution » à Londres par M. E. Curie. I M. Becquerel a découvert en 1896 que l’uranium et ses composés émettent spontanément des radiations qui présentent des analogies avec les rayons de Röntgen. Ces rayons nouveaux impressionnent la plaque (...)

Traduit intégralement en français pour la première fois, et commenté par M. Albert Poisson. Ce petit traité.de pyrotechnie est le plus ancien que l’on connaisse ; c’est Hœffer qui en a le premier publié le texte latin d’après deux manuscrits de la Bibliothèque nationale, l’un du XIVe, l’autre du XVe (...)

La force vive, la chaleur, la lumière et l’électricité dont nous disposons à la surface de la terre ne sont que des formes diverses de l’énergie et nous viennent, en très grande partie, du soleil. Je me propose de développer aujourd’hui ces deux points, en prenant comme unités de force, de longueur et (...)

Conférence faite à la Séance publique annuelle de la Société de Secours des Amis des Sciences, le 14 juin 1900, dans l’Amphithéâtre Richelieu, à la Sorbonne. Les recherches sur les substances radioactives ont pour point de départ la découverte des rayons uraniques faite par M. Becquerel en 1896. (...)

Leçon d'ouverture du cours de chimie minérale de la Faculté des sciences de Paris. Lorsque des corps mis en contact donnent lieu à ce qu’on appelle une réaction, certains d’entre eux disparaissent en même temps qu’il s’en forme d’autres dont les propriétés peuvent être fort différentes ; on regarde comme (...)

Ne perdez pas de vue que cet article qui vous éclairera, c’est certain, sur la notion de force, date de 1872. Un certain nombre de termes et de notions ont été éclaircis. C’est le cas en particulier de la différenciation entre Force, Pression et Travail. De la même façon les unités de mesure ont (...)

Vers le milieu de cette année, je suis parvenu à isoler un nouveau métal appartenant au groupe du platine. Je l’ai nommé davyum, en l’honneur de sir Humphry Davy, l’éminent chimiste anglais. Le sable platinifère d’où il a été extrait [1] a été traité, pour la séparation des métaux, par la méthode (...)

Leçon d’ouverture du cours de Chimie minérale à la faculté des Sciences de Paris, le 9 novembre 1904. L’atmosphère renferme une grande quantité de poussières qui y demeurent en suspension pendant un temps plus ou moins long ; il y en a partout, dans les villes et dans les campagnes, et si on ne les (...)

Les lecteurs de La Nature savent que ce n’est point un journal de réclames financières, mais cela ne nous dispense point de les rassurer sur les entrainements de ce titre. Ce n’est point une amorce à un appel de fonds. Il s’agit de monter en wagon à midi, de donner le signal et sans consommer ni (...)

[!sommaire]Lorsque Claude Bernard fut enlevé à la science, son génie était dans toute sa force et son esprit d’invention n’avait souffert aucune diminution. Havait entrepris depuis quelques mois une nouvelle série de recherches sur la fermentation alcoolique et il annonçait à ses amis et à ses élèves (...)

Depuis plusieurs années, les confiseurs et les liquoristes emploient dans la confection de leurs produits, sous la dénomination commerciale de parfums artificiels, des éthers chimiquement constitués par le valérianate amylique, le butyrate amylique, le butyrate éthylique, l’éther propylique, l’alcool (...)

I. — Le corps noir. § 1. - Toute enceinte isotherme est pleine de lumière en équilibre statistique. Lorsqu’un fluide emplit une enceinte, l’agitation moléculaire, d’autant plus vive que la température est plus élevée, transmet de proche en proche les actions thermiques, et le degré de cette agitation (...)

M. Tatin a continué, l’année dernière, dans le laboratoire et avec les conseils éclairés du professeur Marey, les expériences qu’il avait entreprises dès 1874, sur la reproduction mécanique du vol de l’oiseau. Ses principaux résultats ont été développés dans le mémoire qu’il a publié dans les Comptes (...)

Dans notre dernier article sur l’Académie des sciences, en rendant compte d’un travail de M. Ditte sur la chaleur de combustion de quelques métaux (zinc, magnésium, etc.), nous avons eu l’occasion déjà de signaler la relation qui existe entre les propriétés des corps et la chaleur qu’on en dégage dans (...)

M. Ditte s’est proposé d’étudier les phénomènes calorifiques qui accompagnent la combinaison avec l’oxygène des quatre métaux cités plus haut, et de comparer les quantités de chaleur mesurées avec les propriétés physiques et chimiques de ces métaux. Pour obtenir la chaleur de combustion du magnésium, (...)

M. Michelson, le célèbre physicien américain de l’Université de Chicago, vient d’effectuer, en collaboration avec M. Gale, une expérience qui suscitera certainement une grande sensation dans les milieux scientifiques. Nul n’ignore aujourd’hui qu’il y a trente-sept ans, en 1887, M. Michelson réalisait, (...)

M. le Dr Gustave Le Bon continue ses études sur la lumière noire commencées depuis déjà quatre ans. Sous ce nom général de lumière noire on sait qu’il désigne aujourd’hui les radiations suivantes : 1° La luminescence invisible. - Grâce à elle on peut photographier dans une obscurité profonde des (...)

Suivant l’usage, la Société royale de Londres s’est réunie en séance solennelle le jour de la Saint-André, pour entendre le discours de son illustre président lord Kelvin (sir William Thomson) et assister à la distribution des médailles ; disons en passant que l’une d’elles, la médaille de Davy, a été (...)

Série d’articles signés principalement de Gaston Tissandier vous permettant d’expérimenter les grandes lois de la physique sans aucun matériel de laboratoire. Un bon moyen de (se) convaincre de la véracité de ces principes.