électricité

On sait les dangers que le brouillard ou l’obscurité font courir aux navires : risques de collision sur les routes fréquentées, heurts contre un obstacle. On comprend donc l’intérêt que présente pour la sécurité de la navigation la détection automatique des obstacles. On a déjà réalisé, dans cette voie, (...)

Tous les récepteurs de T.S.F. actuels sont du type dit à réglage unique : « un bouton à tourner et c’est tout », disent les vendeurs. Si l’on examine le problème d’un peu plus près, on s’aperçoit pourtant que cette formule n’est pas rigoureusement exacte. Le bouton unique de commande du récepteur agit (...)

Les lampes métalliques, les lampes métal-verre et les nouvelles lampes en verre La lampe de T.S.F., depuis sa création par de Forest en 1906, a fait d’extraordinaires progrès. On sait les multiples applications auxquelles elle se prête : détection, génération d’oscillations électriques à haute (...)

Le nouveau télémètre que nous allons décrire, en reproduisant les dessins de La Lumière électrique est une solution très élégante du problème suivant : déterminer, par une simple lecture, exactement, rapidement et à chaque instant, la distance d’un objet mobile, éloigné et inaccessible. Le principe de (...)

Le sondage de la mer apporte une aide précieuse à la navigation. Souvent les navires se déplacent dans le brouillard, les nuages leur cachent les étoiles, la brume dissimule des obstacles dangereux et ne permet pas de recevoir les rayons des phares. Les communications par T. S. F. et la (...)

M. le professeur Henry Morton, du Stevens Institute of technology de Hoboken (N. J.), a fait, avec MM. A. M. Mayer et B. F. Thomas, une série d’expériences très précises et très concluantes sur la lampe d’Edison, et voici le résumé des résultats auxquels il est arrivé. La lampe en fer à cheval d’Edison (...)

M. Nikola Tesla, à qui le public scientifique anglais et français vient de faire un accueil des plus chaleureux, est un pionnier de la science électrique ; l’un de ceux qui auront amorcé les progrès futurs par une transformation presque radicale des anciens procédés et des anciens errements. Nous (...)

En dehors du cercle assez restreint des savants, des ingénieurs électriciens et d’un certain nombre de praticiens spécialistes, les notions générales relatives au courant électrique sont limitées à la loi d’Ohm et à ses conséquences les plus évidentes. Les phénomènes de l’hydraulique permettent de se (...)

Radar, « Radio Detection and Ranging », fut d’abord connu sous les initiales « R. D. F. » . On préféra le terme « Radiolocation » en 1941, lorsque l’on révéla au public que l’Angleterre utilisait cette nouvelle technique. Finalement, c’est le mot « Radar » qui l’a emporté. Les premiers essais pratiques pour (...)

L’utilisation des forces naturelles préoccupe de plus en plus les physiciens modernes et l’expérience dont nous allons rapidement rendre compte nous montre une solution nouvelle du problème qui n’est pas sans intérêt ni sans avenir. L’éclairage d’une partie de la ville de Nantua (Ain) est effectue (...)

Le célèbre inventeur vient enfin de réaliser des essais d’é­clairage par la lumière électrique et les descriptions enthou­siastes qui nous parviennent permettent de supposer qu’il a perfectionné d’une façon remarquable sa lampe à incandes­cence, et qu’il est parvenu à éliminer ou à vaincre toutes les (...)

Le résultat des expériences auxquelles nous avons assisté et que nous avons exécutées nous confirment dans l’idée que M. Werdermann ouvert à la lumière électrique la voie véritable en introduisant l’idée d’un pôle incombustible et en s’occupant du règlement du contact. Mais, en historiens fidèles de (...)

Depuis que l’on connait les effets de l’induction électrique, on peut dire que les inventeurs ont rêvé. au problème de la transmission sans fi de l’énergie. La découverte des ondes hertziennes, le développement des radiocommunications ont fait naître de nouveaux espoirs. Voici de nombreuses années déjà (...)

Le système de communications téléphoniques imaginé par M. Louis Maiche se compose de deux appareils qui sont tous deux semblables à celui que nous allons décrire et qui sont mis en rapport A. une distance quelconque par un fil télégraphique. L’électrophone de ce physicien se compose d’une boite en bois (...)

Nous donnons la figure de la pile téléphonique de M. L. Maiche, appareil d’une construction absolument originale. L’inventeur s’est attaché à remplir toutes les conditions voulues pour que sa pile puisse fonctionner indéfiniment, et ce résultat idéal est obtenu grâce au moyen de dépolarisation qu’il (...)

Dans une réunion récente de la Société de physique de Francfort-sur-le-Mein, M. Holthof a résumé les points importants relatifs à la construction des paratonnerres. Il a fait remarquer tout d’abord que l’on ne peut pas constater une augmentation du nombre d’orages, mais qu’il a été reconnu que les coups (...)

Les expériences de télégraphie sans fils, faciles à répéter à peu de frais, dont nous parlions récemment ( [1]), ont vivement excité l’ardeur de nos abonnés. Plusieurs ont utilisé nos indications, et ils désirent maintenant faire diverses expériences sur les courants à haute fréquence. Nous devons (...)

L ’attention a été rappelée sur le système d’éclairage de M. Jablochkoff, par l’emploi qui en est fait aux magasins du Louvre dans une salle nouvellement ouverte. Cette invention avait été signalée au public l’année passée par une communication à l’Académie des sciences, et par une expérience faite devant la (...)

Curieuse source d’électricité Communication téléphonique sans ligne spéciale Nous avons remarqué que si l’on attache un fil à une conduite de gaz et un autre fil à une conduite d’eau et qu’on relie ensuite ces deux fils à un téléphone, on constate, par le bruit qui se produit dans l’appareil à la (...)

M. Cotton vient d’annoncer à l’Académie que le grand Électro-aimant qu’il a fait construire pour elle, grâce à des fonds provenant de la souscription nationale de la Journée Pasteur, vient d’être terminé ; on vient de l’installer à la place qui lui était réservée à Bellevue à 1’Office National des (...)

D’après les statistiques les plus récentes, on peut considérer que Berlin est une des villes européennes les mieux éclairées, au point de vue tant de l’électricité que du gaz. Pour celui-ci, on n’en consomme pas moins de 102 millions de mètres cubes par an ; à Paris la consommation est de 287 millions, (...)

Certains corps placés dans le voisinage d’un aimant sont attirés : on les appelle magnétiques ou paramagnétiques ; d’autres sont repoussés et ’ont reçu le nom de diamagnétiques ; d’autres enfin ne sont ni attirés ni repoussés, ils sont indifférents. M. Stefan Meyer a voulu classer les corps simples dans (...)

M. L. Bell étudie, dans Cassier’s Magazine (décembre 1899), les limites pratiques de la transmission électrique de l’énergie. Le point fondamental, c’est de savoir. jusqu’à, quelle limite on peut pousser le voltage, car le prix du cuivre nécessaire pour les conducteurs de transmission varie en raison (...)

M. Hemsalech donne, dans le Journal de Physique, un compte-rendu détaillé de l’action de l’étincelle formée parla bouteille de Leyde, avec et sans self-induction dans le circuit secondaire, sur les métaux : bismuth, cuivre, cadmium, zinc, plomb, fer, cobalt, argent, mercure, et aussi sur les gaz (...)

Il y a électro-aimant et électro-aimant ; comme il y a lunette et lorgnette. Les électro-aimants de laboratoire, créés pour obtenir, non une utilisation mécanique de l’énergie électrique comme cela a lieu pour les électro-aimants industriels, mais un champ magnétique aussi élevé que possible et destiné à (...)

Voir dans « atomes » n° 1, le début de cette étude, dont l’auteur, qui est maintenant conseiller scientifique pour les télécommunications au Ministère de l’Air et au Ministère de la Production aéronautique britannique, effectua en 1935 les premiers essais pour localiser les avions par le radar. C’est à la (...)

Dans un précédent article (Voir le n° 88 ) nous avons exposé à nos lecteurs les projets d’installation de la lumière électrique à Londres, sous la direction de M. de Ferranti, Bientôt Londres va être éclairé entièrement à I’électricité ; depuis un an déjà, dans les principales rues de la cité et sur les (...)

Les physiciens s’efforcent de percer le mystère de la constitution des atomes. Comme les anciens alchimistes, ils travaillent activement à découvrir les lois de la transmutation de la matière, mais au lieu d’employer les moyens empiriques ou les recettes cabalistiques pour explorer les régions (...)

MM. Slaby-Arco, dont nous avons décrit le système [1], ne sont pas les seuls savants qui, en Allemagne, s’occupent de la question, très intéressante et en ce moment à l’ordre du jour, de la télégraphie sans fil. Depuis de longues années déjà, M. Fernand Braun, professeur à l’Université de Strasbourg, (...)

Explications diverses de ce nouvel instrument Un nouvel instrument de physique occupe en ce moment, on pourrait dire passionne, l’attention du public savant. Il s’agit d’un petit appareil qui semble défier toute explication rationnelle, et qui, s’il prouve quelque chose, prouve le fait le plus (...)

Nos lecteurs se rappellent sans doute les belles expériences de M. Gabet sur la direction à distance des torpilles. Ils connaissent également les dispositifs télémécaniques de M. Branly, où les ondes hertziennes servaient, d’une façon analogue, à transmettre à distance les commandes les plus diverses (...)

M. le Dr T. Battelli, assistant de physiologie à l’Université de Genève, a soumis six chiens à l’action des courants de haute fréquence et de haute tension. L’animal était placé dans le circuit du secondaire d’une bobine de Tesla. Chaque électrode aboutissait à un baquet d’eau tiède. Les pattes (...)

Par une des plus grandioses synthèses scientifiques qu’ait vues naître notre siècle de la science, l’illustre Maxwell donna des preuves irréfutables de l’égalité de vitesse de la lumière et des actions électrodynamiques, il en conclut que les deux phénomènes sont propagés par un mouvement semblable du (...)