Ingénieurs et inventeurs

Nous ne pouvons plus utilement commencer nos études que par le grand électricien qui, par l’invention du phonographe, a mérité aux yeux du public le grand prix de l’Exposition universelle, et qui méprise assez les jurys incompétents pour ne pas réclamer si on lui refuse une autre récompense. Edison (...)

Né à Amiens, le 4 septembre 1754 et mort à Jouy près de Versailles en 1855, Charles Dallery fut un de ces inventeurs malheureux, jouets de la fortune, qui creusent péniblement un fécond sillon partout où ils passent, mais qui n’ont point le légitime bonheur de voir jaunir la moisson.

L’application de la vapeur à la navigation fut tentée la première fois par Denis Papin sur la Fualda, en 1707. Près de quatre-vingts ans s’écoulèrent avant qu’une tentative sérieuse et pratique fût renouvelée. Elle est due au marquis de Jouffroy d’Abbans, qui l’exécuta sur la Saône, à Lyon, en 1780, après (...)

Il y a plusieurs places pour les élus dans la maison de Dieu, et il y a plusieurs rangs dans la science, parmi les hommes dont les noms ont passé à la postérité. Les rangs dépendent à la fois de la grandeur des problèmes résolus, ou abordés ; de la force intellectuelle et inventive des auteurs ; enfin de (...)

Louis-Émile Bertin, le célèbre Ingénieur des constructions navales, vient de mourir, le 22 octobre dernier. Nous reproduisons ci-dessous son éloge funèbre, prononcé à l’Académie des Sciences, dont il était membre, par M. G. Bigourdan. « Né à Nancy en 1840, il passa par l’École Polytechnique et en sortit (...)

La Section de Géographie et Navigation de l’Académie des Sciences a perdu récemment son doyen, l’Ingénieur général du Génie maritime Bertin, qui fut, pendant la majeure partie de la période comprise entre les deux guerres, le représentant le plus éminent de l’architecture navale en France. Son influence (...)

Celui que tant d’illustrations scientifiques ont tenu à accompagner mardi 28 avril à sa dernière demeure était presque ignoré du grand public. C’est que doué d’une extrême modestie, dédaigneux du bruit et des honneurs, il sortait peu de son cabinet de travail et on ne le rencontrait guère que dans des (...)

Le corps des ponts et chaussées, l’administration de la ville de Paris, l’Académie des sciences, viennent de perdre un de leurs membres illustres, M. Belgrand, enlevé par une maladie foudroyante, le 8 avril 1878. Ayant eu l’honneur de servir sous les ordres de M. Belgrand, et appuyant nos souvenirs (...)

Nous disons Bessemer tout court, en supprimant même son titre officiel de Sir Henry Bessemer, car ce nom seul est un titre de gloire. Bessemer vient de mourir. Sans doute parmi nos lecteurs, en est-il plus d’un qui croyaient déjà disparu le grand inventeur, l’illustre métallurgiste, et leur erreur (...)

L’influence des Recherches scientifiques sur l’Évolution de la Métallurgie (Leçon d’ouverture du cours de métallurgie et de travail des métaux du Conservatoire national des Arts et Métiers.)

Le célèbre auteur du projet du tunnel sous-marin entre la France et l’Angleterre, vient de mourir au moment même où le rêve de sa vie allait se réaliser. Nous retracerons l’existence de cet ingénieur distingué, dont l’esprit a toujours brillé par la hardiesse et l’éclat des conceptions. Aimé Thomé de (...)

Henry Giffard est né à Paris au mois de février 1825.Il commença ses études au collège Bourbon, aujourd’hui lycée Fontanes, pour entrer comme dessinateur au chemin de fer de Saint-Germain. Son premier travail original fut consacré à la direction des ballons, Un certain Dr Leberdier, ayant imaginé de (...)

Le mémoire de J. de Montgolfier que nous reproduisons ci-après a été publié dans les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences (n° 10 du 9 mars 1936, t. 202, p. 791 à 793), accompagné d’une note de M. Émile Picard, secrétaire perpétuel. Ceci indique l’importance, pour l’histoire (...)

Au moment où paraîtront ces lignes, le corps de l’inventeur de la dynamite sera transporté de San-Remo à Stockholm. Dans son numéro du 10 décembre, l’Aftonbladet de Stockholm, à qui nous empruntons le portrait que nous publions avec cette Notice, annonçait la nouvelle inattendue de la mort d’un des (...)

[!sommaire] Henri Giffard est un de ces hommes privilégiés dont les œuvres honorent non seulement leur pays, mais la science tout entière. La lumière d’une telle intelligence peut s’éteindre, mais le rayonnement qu’elle a émis dure toujours. Le nom de Giffard ne périra pas. Né à Paris, le 8 janvier (...)

Nous avons le regret d’annoncer la mort d’un ingénieur célèbre, dont la longue carrière, décrite par M. Smiles dans un de ses plus intéressants ouvrages, peut être considérée comme offrant un modèle aux jeunes gens laborieux, pauvres et intelligents. James Nasmyth, né à Edimbourg en 1805, était le onzième (...)

Un ingénieur du XVe siècle : Léonard de Vinci. Ce n’est pas à notre échelle que doivent être mesurés les grands artistes italiens de l’époque de la Renaissance. C’étaient des hommes, on pourrait dire, universels par la vaste étendue de leur génie et par la dévorante activité de leur esprit, qui les (...)

Ingénieur, né au Mans (Sarthe) le 22 juin 1843. Sa famille est originaire de la « Franche-Montagne », petite province qui était autrefois enclavée dans le canton actuel de Monbéliard. Les barons de Maiche furent chargés, pendant près de huit siècles, de la défense de la frontière française contre (...)

M. Gustave Eiffel est mort à Paris, le 28 décembre 1923, à l’âge de 91 ans. La France perd en lui un de ses plus illustres ingénieurs en même temps qu’un savant distingué. Car Eiffel était non seulement le grand constructeur que tout le monde connait ; il a été de tout temps un grand ami de la science, (...)

Le grand ingénieur qui vient de disparaître mérite plus qu’un simple entrefilet nécrologique : c’est une des plus hautes personnalités du monde des ingénieurs, qui s’éteint après une des carrières les mieux remplies qu’il soit donné de suivre. Né en 1817 à Wadsley Hall, dans le comté de Sheffield, il fit (...)

Le biographe qui voudrait donner l’exemple d’une belle existence, toujours dignement remplie, depuis de modestes débuts jusqu’aux plus grands honneurs, ne pourrait mieux faire que de retracer la vie de M. Hervé Mangon. Charles-François Hervé Mangon est né à Paris le 31 juillet 1821 ; il fut élevé par (...)

Une bien triste nouvelle a été connue à Paris dimanche dernier ; nous voulons parler de la mort de l’un de nos ingénieurs les plus distingués, de M. Léon Boyer, directeur général des travaux du Canal interocéanique, qu’une terrible et subite attaque de fièvre a enlevé dans sa résidence de Panama. Léon (...)

La mort vient d’enlever encore un des plus éminents ingénieurs français, M. Le Chatelier, inspecteur général des mines. Né en 1815, élève brillant de l’École polytechnique de 1854 à 1856, dit un des biographes de cet ingénieur, M. Ronna, c’est au service des mines de l’État, où ses travaux scientifiques (...)

NOTRE DERNIÈRE VISITE A MAURICE LEBLANC Le 27 octobre dernier, la science française a fait une perte considérable en la personne de Maurice Leblanc, membre de l’Académie des sciences, dans la section des applications de la science à l’industrie. C’était un ingénieur éminent qui, avant toute autre (...)

Alfred Potier est né le 11 mai 1840 et décédé le 9 mai 1905. Entré en 1857 à l’École Polytechnique, il en sort dans les premiers pour intégrer l’École des Mines dont il sortit ingénieur en 1863. En 1881, il était nommé ingénieur en chef. Bien qu’attaché à la Commission de la carte géologique de France, il (...)

L’illustre inventeur anglais William-George Armstrong, qui naquit à Newcastle-sur-Tyne le 25 novembre 1810, est décédé en son château de Craigside, près de Rothbury, le 27 décembre dernier (1900). Après avoir fait ses études de droit à Cambridge et à Oxford, il commença par être « solicitor » dans sa (...)

Eugène Guillemin, né le 5 juin 1823 à Pierre-de-Bresse, mort à Paris le 13 avril 1893, était ingénieur et journaliste scientifique français. Frère de Amédée Guillemin, il fit ses études à Beaune en même temps que son frère. Reçu à Saint-Cyr en 1842, il en sortit en 1844 avec les épaulettes de (...)

« Si les admirables locomotives anglaises se meuvent avec une vitesse qui effraye l’imagination, disait Arago à la tribune de la Chambre des députés, le 24 juin 1837, elles le doivent à la belle découverte de notre compatriote Marc Séguin. » Cet illustre ingénieur était né le 20 avril 1786, à Annonay. (...)

Parmi les ingénieurs anglais dont les travaux ont conduit à une généralisation si complète de remploi du fer qu’on ne voit guère dans quelles circonstances ce métal ne pourrait pas remplacer le bois, il faut citer en première ligne William Fairbairn que la mort vient d’enlever récemment à l’Angleterre. (...)

Eugène Bourdon est né à Paris le 8 avril 1808. Dès son enfance, il se révéla mécanicien en construisant, à l’âge de neuf ans, un petit dévidoir qui lui servit à recueillir la soie des cocons de vers à soie qu’il avait élevés. Cette machine, qui existe encore dans le musée de son inventeur, est une véritable (...)

Franquet de Franqueville (Albert-Charles-Ernest), directeur général des ponts et chaussées et des chemins de fer au ministère des travaux publics, a été une grande figure dans la science industrielle de notre temps si fécond en belles physionomies de ce genre. On ne peut s’occuper de nos chemins de (...)

Un de nos constructeurs les plus distingués, M. Antoine Redier, est mort à Paris, le 50 décembre 1892. Né à Perpignan, le 25 décembre 1817, il était dans sa soixante-seizième année. Son père était orfèvre à Perpignan d’abord, puis à Montpellier. François Arago, ami de la famille, le fit venir à Paris à l’âge (...)