Astronomes, Mathématiciens et Physiciens

Laugier (Paul-Auguste-Ernest), né à Paris le 22 décembre 1812, membre de l’Académie des sciences depuis le 2 juin 1843, membre adjoint du bureau des longitudes depuis le 25 mai 1844, membre titulaire depuis 1862, examinateur de classement et de sortie il l’École navale de Brest, est mort à Paris le 5 (...)

I. Dans l’ancienne province du Roussillon, non loin de la mer, au pied des Pyrénées, on trouve le bourg peu connu d’Estagel où naquit, le 26 février 1786, François-Dominique Arago. Il eut quatre frères et deux sœurs ; sa mère était pieuse et distinguée ; son père, après avoir exercé modestement la (...)

Claude-Louis Mathieu La science astronomique vient d’éprouver une grande perte. M. Mathieu est mort à Paris, le 5 mars 1875, dans sa quatre-vingt-douzième année. Né à Mâcon, le 25 novembre 1783, d’une famille honnête, mais sans fortune, M. Mathieu dut demander au travail les ressources qui devaient (...)

La mort de notre éminent correspondant, astronome de l’Académie royale des sciences de Suède et directeur de l’observatoire de Stockholm, est arrivée le 9 novembre, moins d’un mois après celle de notre confrère, M. Tisserand. Hugo Gyldén, né le 29 mai 1841, à Helsingfors, où son père était professeur de (...)

Camille Flammarion CAMILLE FLAMMARION par Em. TOUCHET. Camille Flammarion !… nom prestigieux, harmonieux, prodigieux. Flammarion ! c’est le ciel étoilé avec ses myriades de soleils ; c’est la Voie lactée tout empoussiérée d’étoiles ; ce sont les univers lointains, ce sont les planètes, ces autres « (...)

Il y a deux siècles, on pouvait encore rencontrer des gens qui savaient tout ce que l’on savait à leur époque, qui avaient approfondi toutes les sciences, même celles qui ne méritent guère ce nom, et qui y ont laissé la trace durable de leur génie : aujourd’hui encore on s’étonne à bon droit de la (...)

Discours lu à l’Académie des Sciences, dans la séance publique annuelle. Messieurs, Lorsqu’en 1839, le Bureau des longitudes perdit le savant et vénérable Prony, aux candidats, nombreux comme toujours, qui briguaient l’honneur de le remplacer, et quelle que fût leur illustration, Arago se bornait à (...)

Avec M. Hermite disparaît une des gloires les plus pures qui aient jamais illustré la science française. M. Hermite ne fut pas seulement un des plus grands mathématiciens du dernier siècle : sa vie fut un exemple ; personne n’a poussé plus loin l’amour désintéressé de la science, le dédain de la (...)

Le 19 Février dernier (1897), M. Weierstrass s’est éteint après une longue maladie. Il a été un des plus grands géomètres de ce siècle, et il a exercé une influence considérable sur les progrès de l’Analyse. C’est dans ses leçons à l’Université de Berlin que Weierstrass publiait le plus souvent ses (...)

Le Secrétariat perpétuel des Sciences physiques semble porter malheur à ceux qui l’obtiennent. Après de Lapparent qui l’a occupé juste un an, Henri Becquerel y sera resté six semaines seulement. Cette perte imprévue est d’autant plus regrettable) que l’illustre savant, encore en pleine force de l’âge, (...)

Documents à télécharger