Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Livres récents & nouveautés > Konrad Lorenz : L’agression, une histoire naturelle du mal

Konrad Lorenz : L’agression, une histoire naturelle du mal

samedi 3 novembre 2018

JPEG - 16.6 ko

Auteur : Konrad Lorenz
Titre : L’agression : une histoire naturelle du mal
Traduction : Vilma Fritsch
Éditeur : Flammarion
Collection : Champs sciences
Paru le 26/09/2018
290 pages - 109 x 177 mm Broché
ISBN : 9782081428454
Prix : 10,00€

Présentation de l’éditeur :

Konrad Lorenz montre que l’agression n’a, en elle même, rien de pathologique ou de « mauvais », mais qu’elle est un « instinct » qui, comme beaucoup d’autres, aide à la survie des espèces.
C’est l’agressivité qui, par exemple, sélectionne les sujets les plus forts et les plus aptes à la reproduction. Mais si le comportement agressif peut être parfois exagéré jusqu’à devenir nuisible et manquer son but, l’évolution a toutefois « inventé » des mécanismes ingénieux pour diriger cette agressivité vers des voies inoffensives. Chez l’homme, à qui manque malheureusement ce dispositif de sécurité, l’instinct d’agression semble avoir dépassé son utilité depuis que les armes modernes ont multiplié les possibilités de destruction.
L’auteur pense que l’étude de la conduite des animaux peut encore nous indiquer les dangers qu’il est possible d’éviter. En se penchant avec un humour attentif sur les mariages des oies sauvages, les combats territoriaux de certains poissons ou les inhibitions quasi morales des loups, Lorenz entraîne le lecteur vers des réflexions imprévues, toujours profondes.

Notre avis :Flammarion continue à rééditer les grands classiques de sa collection Champs Sciences en les accompagnant d’une préface d’un acteur majeur du domaine couvert par l’ouvrage. Pour l’agression, une une histoire naturelle du mal la préface est signée Dominique Lestel. Je trouve dommage que l’intervention du préfacier se limite à cet exercice. Il aurait été agréable de lire ses commentaires au long des pages de ce classique.
À part cela, ce livre reste un incontournable de l’éthologie dont Lorenz était un maitre . Mais à la lecture de ce volume, je me remémore pourquoi je n’ai rien lu de lui après la lecture des Huit péchés capitaux de notre civilisation. Je trouve son style lourd et peu engageant.

En bref : à lire, si ce n’est déjà fait.

PNG - 13 ko
Découvrez d’autres critiques de ce livre sur Babelio

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autre chroniques sur Livraddict