Ajouter ce site à vos favoris ! | Rejoignez-nous sur Google+ |

Accueil > Articles scientifiques > Géophysique, géographie > Les tremblements de terre en Islande

Les tremblements de terre en Islande

La Nature N°1221 - 24 Octobre 1896

Mis en ligne par Denis Blaizot le vendredi 9 mars 2012

L’Islande vient d’être éprouvée par de violents tremblements de terre qui ont affecté toute la partie Sud-Ouest de l’île et que, par conséquent, on peut rattacher aux phénomènes dont l’Hécla est le centre. Cependant, il n’y a pas eu d’éruptions ni aucun indice les annonçant. Les premières secousses se sont produites le 26 et le 27 août, et elles ont été ressenties dans toute la partie Sud-Ouest de l’île, mais elles ont été violentes surtout à Rangawalla Syssel, dans le sud de l’Hécla. A partir de ce jour, de légers mouvements du sol n’ont cessé de se manifester jusqu’à la nuit du 5 septembre, où il s’est produit une secousse des plus violentes ; mais le centre s’était déplacé vers l’Ouest et c’est Arnes Syssel qui a le plus souffert cette fois. Le 6, nouvelles secousses violentes. Le grand Geyser, assez loin de l’épicentre, n’a pas paru sensiblement affecté par le phénomène ; on sait d’ailleurs que, depuis longtemps, il est déchu de son ancienne splendeur ; en cette occasion, il a cependant semblé qu’il reprenait un peu d’énergie. En d’autres endroits, des sources chaudes se sont taries, tandis qu’ailleurs il s’en ouvrait de nouvelles, notamment à Haudakal. Ces événements ont malheureusement causé beaucoup de désastres dans cette île si souvent éprouvée ; 155 fermes ont été détruites et beaucoup de bestiaux ont péri : en outre, un couple islanndais a été tué par la chute du lourd toit de son habitation. Ces toits sont formés d’une masse de terre entassée sur le plancher supérieur. Une double coïncidence à signaler : le 17 septembre, une violente secousse de tremblement de terre a ébranlé le sol de Messine, de Reggio, de Mineo, etc., causant une grande panique. Le 29 août, pendant que M. Moureaux, directeur de la station magnétique du parc Saint-Maur, poursuivait ses études en Russsie, il fut très étonné d’observer une perturbation analogue à celle qu’éprouvent les barreaux aimantés au moment des tremblements de terre. Pendant plusieurs jours, il crut à une méprise ou à une cause extraordinaire, quand il apprit les événements dont avait été le théâtre.